Posts Tagged ‘SEMITAN’

Où étiez-vous donc, M. le 1er adjoint ? A la Grillonnais, Mme le Maire !

lundi, avril 3rd, 2017

Comme dirait quelqu’un que j’aime bien : « la parole donnée, cela compte pour moi».

C’est donc l’histoire d’une promesse, celle faite à des jeunes en situation de handicap rencontrés à la cérémonie des vœux de l’Association des Paralysées de France…en janvier 2016. C’était mon problème. La promesse n’était plus de toute première fraîcheur… J’avais donc fixé la date de la visite promise à l’IEM-FP de la Grillonnais (Institut d’Education Motrice et de Formation Professionnelle)…juste avant la cérémonie de vœux 2017, histoire de pouvoir y assister sans trop de « h’chouma » pour reprendre le mot au sens si subtil appris de Djamel Debbouze.

Sauf qu’entre temps et un premier report plus tard, il a plu à la personne que j’aime bien de modifier un poil le calendrier du Conseil municipal… Et voilà ma promesse qui tombe plein conseil, après que j’ai séché le conseil métropolitain pour cause de (petites) vacances.

Au risque de fâcher la personne que j’aime bien, que c’est quand même la patronne (un premier adjoint, c’est fait pour être assis à sa droite pendant le conseil municipal pas pour aller folâtrer à Basse-Goulaine !), j’ai donc décidé d’honorer quand même ma promesse.

J’avoue que je ne regrette pas ! La Directrice du lieu, Mme Sophie Recoquillé, a juste un peu aidé Maxence (le président) Ewen, Olivier et les autres élu-e-s des usagers, à me faire visiter ateliers et lieux de vie où ils se construisent un avenir d’autonomie, un projet de vie globale, avec autant de détermination que de pragmatisme, devant la (dure) réalité de leur handicap. Qu’ils soient ici remerciés de la qualité de leur accueil et de leurs explications. Mais aussi de leur franchise.

C’est en effet ma casquette de président de la SEMITAN qu’ils m’ont vissée sur la tête pour, après la visite, rejoindre Alain VEY, maire de Basse-Goulaine pour une revue de ce qui ne va pas sur notre réseau de transport. Ils avaient pris des photos de la rampe du Busway trop raide pour le fauteuil électrique, du trottoir trop étroit pour manœuvrer ledit fauteuil, du trottoir non bitumé à l’arrêt de bus…

J’ai pu constater qu’en dehors des aspects spécifiques à leur condition d’usagers en situation de handicap, leurs doléances sont aussi celles de tous les jeunes, leur exigence de qualité service et de relation avec les conducteurs très similaires à celle de l’ensemble de notre clientèle.

Nous allons donc faire étudier la liste qu’ils m’ont remise. Nous ne pourrons peut-être pas tout faire exactement comme ils le souhaitent mais nous ferons le maximum et nous expliquerons le reste aussi franchement et respectueusement qu’ils m’ont interpellé. L’ami Jean-Pierre Chambon, qui est un banc d’essai de l’accessibilité de nos transports publics à lui tout seul, n’a rien à craindre, la relève est là !

Il y a un aspect que je n’ai pas abordé avec eux, parce qu’ils n’y peuvent rien. C’est celui du choix de localisation de tels établissements. Je me doute que le foncier nécessaire à un projet de cet ampleur, ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval dans une métropole comme la nôtre. La tentation de s’installer là où une opportunité adaptée au projet développé se présente est grande. La qualité du site de la Grillonnais est remarquable. Un outil magnifique au service de ses jeunes usagers. Mais il est clair qu’aujourd’hui, il faut s’efforcer de positionner ces établissements le long des axes structurants de transports 100% accessibles comme les espaces publics qui les bordent. Le centre de la Tourmaline situé le long de la Ligne 3 du tram est un bon exemple en la matière. Car il sera toujours plus difficile d’adapter a posteriori un espace public de zone pavillonnaire, ou de centre bourg, peu dense, excentré, avec des transports collectif aux performances forcément plus modestes à tous points de vue. En attendant, on va essayer d’améliorer celles des lignes qui desservent le lieu où Olivier, Ewen, Maxence et les autres ont besoin d’un coup de main pour vivre leur vie, comme tout le monde. L’inclusion, ils disent à l’A.P.F.

L’ effet papillon…

jeudi, septembre 13th, 2012

A la suite du bug du mardi de la rentrée scolaire qui a vu des bus coincés rue du Calvaire et sur le cours des 50 Otages, j’étais l’invité de 7 h 50 sur France Bleu Loire-Océan. J’ai aussi été interrogé sur la prestation de mon Président Hollande que j’ai la veille au soir… Cliquez sur le lien !

20120910_07H50_FBLEULOIREOCEAN

Bruxelles, ma belle…

lundi, novembre 21st, 2011

Avec Michèle Guillossou et Franck Savage, avant mon intervention

Évidemment, Dick Annegarn, même s’il a récemment réapparu, c’est surtout une occasion de plus pour les quinquas de céder à une douce tendance à la nostalgie de leur prime jeunesse ! Mais « Bruxelles » est de ces chansons qui ne prennent pas une ride, ce qui n’est pas le cas de ceux qui l’ont découverte à sa sortie !

Je dois toutefois reconnaître que mon ami Franck Savage avec qui j’ai fait le voyage de Bruxelles l’autre semaine, et qui fredonnait la chanson du grand Dick, fait exception !

Nous composions avec Michèle Guillossou la délégation nantaise à la Conférence Européenne des Entreprises publiques locales, chaperonnée par un Russel Marie, collaborateur de Nantes Métropole.

Photo souvenir incontournable !

Aller-retour express rendu facile par la liaison aérienne directe Nantes-Bruxelles, ouverte depuis peu, pour que Nantes tienne sa place dans ces réseaux européens qu’on aurait tort de négliger. Certes, ce n’était pas la réunion d’Eurocities qui se tenait en même temps à Gênes et qui, pour le coup, avait justifié la mobilisation de ce que Nantes peut offrir de mieux : son Maire. Mais tout de même, nous avons tenu le rang de notre belle cité ! Le sujet de la rencontre bruxelloise portait sur une tendance observée un peu partout en Europe, celle de la remunicipalisation de services locaux, qu’on les appelle publics dans notre tradition ou d’intérêt général selon l’appellation plus communément partagée avec le reste de l’Europe.

J’avais donc la mission de présenter la manière nantaise d’appréhender la question du choix des modes de gestion (hors cession au privé) des différents types de service ou politiques publiques , ou évènements portés par la puissance publique locale. (suite…)

Etonnant, non ?

dimanche, décembre 19th, 2010

Table ronde aux assises de l'animation sociale et culturelle

Je voulais écrire sur les assises de l’animation sociale et culturelle et célébrer le marché de Noël de Nantes Nord. Je tenais à vous raconter la suite de « Dialogue pour tous« , avec la réponse de la ville au travail de l’atelier citoyen. C’était le moment de faire un bilan des plénières publiques des conseils de quartier nouvelle formule, avec la généralisation de la pratique du « mandat de participation » bien au-delà de tout ce que j’avais pu imaginer. J’avais aussi envie de faire partager mon espoir d’une télé locale nantaise avec un seul opérateur qui tienne debout sur le plan éditorial et tienne la route sur le plan économique. Il y avait de quoi écrire sur le Crédit municipal, sa très belle campagne d’infos au service de ceux qui ont besoin d’une banque solidaire. J’aurais aimé faire partager mon enthousiasme devant la compétence des techniciens de la SEMITAN qui inventent des organisations hyper sophistiquées pour que vos bus et vos trams ne restent pas au dépôt faute de pièces détachées ou pour que des tas de pièces inutiles n’encombrent pas nos ateliers. Il y avait matière à vous décrire comment il vaut mieux attendre un peu avant de voter le budget de la ville et de Nantes Métropole dans le brouillard financier dans lequel le gouvernement nous plonge. Il y avait incontestablement deux trois réflexions à vous livrer de la dernière session du bon Président Mareschal. Au pire et en dernier ressort, j’aurais même pu raconter ce que j’ai retenu de la désignation de la tête de liste socialiste aux élections sénatoriales de l’automne prochain, mon ami Yannick Vaugrenard, et en dévoiler au passage quelques dessous, ce qui m’aurait sûrement donné l’occasion d’enrichir mon press-book et de me faire regarder de travers par de bons amis !
Seulement voilà : on est en décembre, il fait froid, on fatigue, les journées commence très tôt devant l’ordi et se finissent très tard…devant l’ordi. (suite…)

J ‘suis nul !

dimanche, octobre 24th, 2010

J’ai tellement en horreur la très socialiste tendance à l’auto-flagellation, que je verse généralement plutôt dans l’auto-satisfaction, ce qui n’est pas beaucoup mieux ! Mais là, il faut bien le dire, j’ai été mauvais !
Invité de PRUN’ à l’occasion de la soirée d’accueil des nouveaux étudiants nantais à l’Ecole d’archi, je devais causer transports publics dans le poste. Certes, les questions qui m’ont été posées étaient très centrées sur les tarifs et leur récente augmentation, ou sur le manque de transports nocturnes mais quand même ! Puisque la malheureuse Juliane n’arrivait pas à en placer une tellement j’étais bavard, au moins aurais-je du réussir à parler de sécurité en pleine semaine SECURI ‘TAN. Eh ben non !
Alors que la campagne de cette année est basée sur la nécessité de regarder et d’écouter la ville autour de soi, notamment pour entendre le tram’ qui arrive. Alors que le nombre d’étudiant-e-s qui portent le casque sur les oreilles avec la musique est une source quotidienne de stress pour les conducteurs qui ne peuvent pas savoir si leur gong avertisseur a été entendu, mais qui savent que si ce n’est pas le cas et que la personne traverse la voie, ils NE POURRONT PAS ARRÊTER LE TRAM A TEMPS ; alors que cette habitude de se couper de son environnement est en cause dans au moins un accident mortel sur notre réseau ; alors que les médiateurs de la TAN’ tenaient leur stand dédié à cette question à 10 mètres du plateau de PRUN’ ; alors que j’avais la brochure spécialement éditée sous le nez, j’ai réussi à ne pas dire un mot de sécurité.

Je tente donc de me rattraper avec ces quelques photos de l’opération menée ce samedi Cours des 50 Otages, souvent sous une pluie battante. En en revenant, j’ai même été victime du vieux gag de la voiture qui roule dans une flaque arrosant les piétons sur le trottoir, ruinant mon beau costume spécialement sorti pour accueillir Anouk Aimée. « C’est moi, Lola… »

Voeux à la SEMITAN

lundi, janvier 25th, 2010

Une belle et bonne tradition veut qu’un matin de Janvier, le Comité de direction et le Président de la SEMITAN accueillent les conducteurs (et les autres) et leur présentent leurs voeux au moment de leur prise de service (très) matinale avec café et croissants. Ensuite, nous faisons une petite tournée des sites de l’entreprise, finissant généralement par la sûreté (avec jus de fruit et macarons). Au milieu de cette journée a lieu la cérémonie officielle, à laquelle Jean-Marc AYRAULT nous fait généralement l’honneur de participer. Couplée avec l’inauguration du dépôt de St Herblain l’an dernier, cette cérémonie a eu lieu cette année le 18 janvier dans une tente de réception monté à Dalby (dénomination usuelle du siège, rue Bellier, pour tous les Sémitanien(ne)s). L’affluence était nombreuse. Pour celles et ceux que cela intéresserait j’ai monté des extraits de mon  intervention en trois courtes vidéos.

A la Caisse des Dépôts…

samedi, décembre 5th, 2009

TRANSDEV, opérateur de transports publics filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations est actionnaire de la SEMITAN (et de MARGUERITE, qui a lancé l’auto-partage à Nantes) et animateur du réseau TRANSCITE. Sans que ni nous, les Nantais, ni les autres villes adhérentes (Grenoble, Strasbourg, Montpellier,…) n’aient rien demandé, la Caisse des Dépôts a souhaité engager une fusion de TRANSDEV avec un autre opérateur. Toutes les raisons invoquées ne sont pas mauvaises, on va le dire comme ça. Après quelques consultations, c’est avec VEOLIA Transports que l’opération s’est engagée pour créer une nouvelle entité. Franchement, les élus membres du réseau ne sont pas enthousiastes à cette perspective et attendent de voir pour croire complètement aux paroles apaisantes qui nous sont prodiguées. Pour ce qui concerne NANTES, autant ça a du sens au regard de l’histoire de notre réseau d’avoir TRANSDEV comme actionnaire, autant VEOLIA… C’est ce que nous sommes récemment allé dire assez directement à Michel BOUVARD Président du Conseil de Surveillance de la Caisse des Dépôts. Cela se passait dans l’immeuble de la Caisse des Dépôts à Paris. Un très bel immeuble, il faut le dire. J’ai fait quelques photos pour que vous en ayez un aperçu.

_____________________________________

Beauséjour relookée : un projet tout comme on aime !

samedi, novembre 21st, 2009

La station s’appelle comme le quartier et comme l’ancien lieu-dit : Beauséjour. Pourtant, ce n’est pas l’endroit où on avait envie de rester. Au point de rencontre d’Orvault, de Nantes et de St Herblain, ce pôle d’échange est important. Plusieurs grosses lignes de bus y rencontrent la ligne 3 du tram. Et, sans jeter la pierre à qui que ce soit, ce n’est pas une grande réussite. Un parking au statut incertain, des recoins et escaliers piétons sombres, difficiles à entretenir et servant de pissotière, des graffitis et tags bien moches. Rien de bien accueillant !
Au mois de juin, P1020468la Direction de la SEMITAN me propose de mobiliser notre équipe de médiateurs (encore eux !) pour un projet du genre de ceux qu’ils ont déjà conduit avec les bus graphés : proposer aux jeunes des Centre socio-culturels environnants de relooker la station à coup de bombes (celles qui peignent bien sûr!). Mais voilà, me dit-on, l’ opportunité c’est en juillet (trois semaine après, quoi !) et s’il y a plein d’autorisations à obtenir…

J’ai donc fait faire quatre courriers aux Maires de Nantes, Orvault, et St Herblain et au Président de Nantes Métropole pour leur présenter le projet et leur signifier qu’à défaut d’objection ultra-rapide de leur part, on les considérerait d’accord. Au culot !
Partager (suite…)

Il faut savoir passer l ‘éponge

samedi, novembre 21st, 2009

Jeudi, j’ai rejoint Jean-François Retière à l’Ecole Centrale (située, je le rappelle, dans le plus beau canton du Monde !) pour officialiser le retour d’une drôle d’éponge dans le hall d’accueil. Il faut dire que je suis nul en math mais totalement fasciné par les choses auxquelles je ne comprends rien et par les gens qui y comprennent visiblement quelque chose. J’ai été servi avec la définition des fractales, puisque notre éponge, dite de Menger, appartient à cette catégorie. C’est une preuve que mathématique, arts plastiques et poésie se rejoignent sans problème. J’ai trouvé ce lien qui a toute l’apparence du sérieux et de la pédagogie pour ceux qui ont le souci quotidien de se coucher moins ignorants qu’ils l’étaient en se levant ! C’est ce que j’ai ressenti jeudi grâce à M. Michel Lucas, ancien prof’ à l’Ecole centrale passionné d’origami, et grâce aux étudiants qui l’ont accompagné dans son projet de construire une éponge de Menger (objet fractal, donc) avec des tickets de bus pliés (pardon ! Des Titres de transport. On doit dire « Titre de transport » !).

Dans une éponge de Menger

Dans une éponge de Menger

Avec Jean-François, nous leur avons expliqué qu’ils l’avaient échappé belle ! Avec le développement de la billettique, nos bon vieux tickets ont du souci à se faire. A Nantes nous sommes parmi les derniers à les avoir gardés, sans même une bande magnétique au milieu, au point qu’il n’y a plus guère d’imprimeries capables de les fabriquer ! Nos collègues qui ont succombé prématurément à la modernité nous envient un peu : ça leur a coûté très cher, à l’investissement, très cher en maintenance et ils cherchent encore le bénéfice que les clients en ont tiré. Mais le jour où on saura utiliser cette technologie (vous rentrez dans le bus avec une carte qui est lue sans que vous fassiez un geste spécifique, par exemple) pour améliorer un usage qui le justifie et pas que pour faire moderne, nos tickets (pardon ! Titres de transport. On doit dire « Titres de transport » !)auront du mal…
Partager (suite…)

D.S.P, vous avez dit D.S.P ?

jeudi, novembre 5th, 2009

La CGT avait fait un article dans son « Traminot ». La CFDT a distribué un tract aux élus le jour du Conseil communautaire le 23 octobre. Pour les deux, chacun dans son style et avec ses priorités, la même inquiétude : que sera le contenu du prochain contrat de Délégation de Service Public actuellement négocié entre la SEMITAN et Nantes Métropole.

J'ai aperçu le photographe. Beaux joueurs, ils m'ont donné la photo !

J'ai aperçu le photographe. Beaux joueurs, ils m'ont donné la photo !

Je résume : l’autorité organisatrice en charge des transports dans l’agglomération nantaise, c’est Nantes Métropole. L’opérateur exploitant du réseau, c’est la SEMITAN. Le contrat qui les lie est une Délégation de Service Public. Réglementation oblige, au terme de chaque contrat de ce type, une mise en concurrence doit être organisée, sauf si l’autorité organisatrice décide de reprendre l’activité en régie directe. La SEMITAN ayant été créée par l’agglomération nantaise pour exploiter son réseau de transports en commun, c’est la voie de la mise en concurrence qui est logiquement choisie. Les concurrents potentiels (Véolia, Kéolis…) n’ont pas jugé utile de s’y frotter. C’est donc avec la SEMITAN que Nantes Métropole négocie. On pourrait penser que tout cela se passe entre copains et que c’est réglé d’avance. Eh bien pas du tout. C’est une vraie négociation où tout le monde joue le jeu. C’est d’ailleurs la vertu de cette procédure qui oblige un commanditaire à remettre en concurrence l’outil dont il s’est lui-même doté, ce qui un peu bizarre ! On remet tout à plat, on ne considère rien comme acquis, on refuse la routine et chacun doit faire l’effort d’imagination, d’innovation, chercher les marges de progrès et d’efficience, le tout au plus grand profit de la mission de service public, des objectifs qu’elle sert et des habitants-citoyens-usagers-clients-contribuables. Nantes Métropole essaye d’avoir le maximum en payant le moins possible (c’est la communauté urbaine qui fixe les tarifs et assume les investissements lourds, matériels roulants en tête). L’entreprise SEMITAN cherche à obtenir le juste prix de sa performance et à ne s’engager que sur des objectifs atteignables. Evidemment, les représentants de salariés viennent veiller à ce que les conditions de travail, les salaires et les acquis divers ne soient pas les « variables d’ajustement », pour reprendre une terminologie que j’ai bien pratiquée. Chacun dans son rôle, quoi ! (suite…)