Posts Tagged ‘jeunes’

Rogne du matin, chagrin !

mardi, février 14th, 2017

Grosse colère matinale contre Cyrille Pitois qui fait mention, dans un portrait de Louisa Battoy en dernière page du Ouest-France de ce matin, de la « maison des jeunes qui a mis la clé sous le paillasson », comme si la ville avait ainsi abandonné les jeunes de Nantes Nord !
J’en ai ras le bol de ces mentions juste fielleuses, sans la moindre vérification, ni mise en perspective !
Rappelons à Cyrille Pitois que la Maison des Jeunes de la Géraudière a été transformée en Maison de l’Emploi il y a plus de dix ans sous le pilotage de Patrick Rimbert. Une enquête réalisée auprès des jeunes du quartier avait mis en évidence qu’ils n’avaient pas d’abord besoin d’un lieu devenu difficilement gérable, approprié par une minorité, refuge d’activités incertaines, mais d’accéder à un emploi, une formation. Une politique publique pour la jeunesse des quartiers, ce n’est heureusement plus, et depuis longtemps déjà, et partout en France, la mise à disposition sans projet ni perspective d’un local-glandouille avec Billard, baby-foot, flipper et consoles vidéo connectées pour faire moderne et la promesse d’aller gratos au ski l’hiver venu !
Je sais que le mythe de la Maison des jeunes coure encore dans le quartier (c’était mieux avant…). Je mesure chaque jour la difficulté des rapports entre les jeunes et les institutions qui ont mission de les accompagner. Mais j’affirme que la Garantie Jeune, l’Ecole de la deuxième chance, la Mission Locale ou l’Eclectic-Leo Lagrange, avec leurs défauts et insuffisances sont infiniment plus utiles à la jeunesse des quartiers prioritaires que des locaux fermés parce qu’ils ne répondaient plus à aucun des objectifs éducatifs ou d’insertion qui leur étaient assignés, et créaient infiniment plus de problèmes qu’ils ne contribuaient à en résoudre.
Il faut être à l’écoute des jeunes, de tous les jeunes. Les plus en rupture avec les institutions ne sont pas forcément les plus nombreux. Les autres, dans les mêmes quartiers, rencontrant les mêmes obstacles, les mêmes discriminations, ne sont pas moins dignes d’attention et ont besoin de l’accompagnement qui leur est proposé. Y compris pour les stages de 3ème pour lesquels un dispositif anti-discrimination très partenarial est activé (Tiens !? Une promesse électorale tenue!). Si la Ville de Nantes et la Politique de la Ville (Etat et Métropole) soutiennent Casse Ta Routine et financent le poste d’adulte-relai, c’est bien pour sa capacité à établir ce lien avec des jeunes en déshérence/désespérance, pour leur permettre y compris d’accéder à leurs droits. Parce qu’ils ont droit à un avenir, parfois à un autre avenir que celui que leur propre comportement dessine. Ce sont des sujets difficiles, compliqués, que des slogans anti-politiques, anti-institutions anti-flics ou anti-jeunes, stigmatisant, discriminant, amalgamant, ne feront jamais qu’aggraver. Alors ce serait bien qu’au détour d’une phrase sortie de nulle part, plus riche de sous-entendu que d’information, la presse locale la plus honorable n’en rajoute pas dans la démagogie populiste ambiante et ses trop nombreuses variantes. J’ai dit !

Arnaud Théval en partage à Nantes Nord

dimanche, décembre 20th, 2009
P1020565

J'accompagnais Louisette Guibert, collègue chargée de l'Art en partage. Arnaud a tenu à nous faire poser sur les vélos et C.P. a gentiment pris mon appareil

Arnaud Théval est un artiste, photographe, reconnu nationalement et internationalement. Le projet qu’il a imaginé conduire à Nantes Nord a été retenu dans le cadre de l’opération l’Art en partage. L’Art en partage, ça consiste à « immerger » des artistes de haut niveau dans des quartiers qui n’ont pas l’habitude de voir leurs œuvres ni de les recevoir. Il s’agit de mettre en pratique le volonté de ne pas réserver l’art et les artistes au centre ville, ou à une catégorie de population, la plus favorisée.

Arnaud connaît déjà Nantes Nord et ça l’aide bien pour son projet baptisé « Invisibles« .  Il a pris contact avec des dizaines d’habitants de tout le quartier, des jeunes et des moins jeunes. Il a noué le contact, établi la relation de confiance qui lui a permis de photographier plus de 200 personnes, dans un geste qui leur est propre. Il a ensuite travaillé à leur « construire » un masque, mystérieux, énigmatique, pour produire des avatars qui commencent à être visibles, dans différents lieux.

Vendredi soir, nous avons procédé au traditionnel vernissage de deux œuvres installées dans la salle de

Un avatar du photographe devant un avatar du photographe... Je me fais bien comprendre ?

Un avatar du photographe devant un avatar du photographe... Je me fais bien comprendre ?

musculation de l’Association Culturelle Musulmane  Nantes Nord. Avec les jeunes photographiés qui rompaient très momentanément l’anonymat que protège leur avatar.

Oui, oui ! Vous avez bien lu ! De l’art contemporain, à Nantes Nord, à la Géraudière, dans une salle de musculation de l’association culturelle musulmane. Et toute l’humanité d’Arnaud en prime.

L’identité nationale ? Ne cherchez plus !

Beauséjour relookée : un projet tout comme on aime !

samedi, novembre 21st, 2009

La station s’appelle comme le quartier et comme l’ancien lieu-dit : Beauséjour. Pourtant, ce n’est pas l’endroit où on avait envie de rester. Au point de rencontre d’Orvault, de Nantes et de St Herblain, ce pôle d’échange est important. Plusieurs grosses lignes de bus y rencontrent la ligne 3 du tram. Et, sans jeter la pierre à qui que ce soit, ce n’est pas une grande réussite. Un parking au statut incertain, des recoins et escaliers piétons sombres, difficiles à entretenir et servant de pissotière, des graffitis et tags bien moches. Rien de bien accueillant !
Au mois de juin, P1020468la Direction de la SEMITAN me propose de mobiliser notre équipe de médiateurs (encore eux !) pour un projet du genre de ceux qu’ils ont déjà conduit avec les bus graphés : proposer aux jeunes des Centre socio-culturels environnants de relooker la station à coup de bombes (celles qui peignent bien sûr!). Mais voilà, me dit-on, l’ opportunité c’est en juillet (trois semaine après, quoi !) et s’il y a plein d’autorisations à obtenir…

J’ai donc fait faire quatre courriers aux Maires de Nantes, Orvault, et St Herblain et au Président de Nantes Métropole pour leur présenter le projet et leur signifier qu’à défaut d’objection ultra-rapide de leur part, on les considérerait d’accord. Au culot !
Partager (suite…)