Posts Tagged ‘François Hollande’

Et maintenant, que faire (ou ne pas faire) ? (II)

dimanche, mai 14th, 2017

Socialiste, dans la majorité

J’avais eu l’occasion de donner acte à Goulven Boudic, du fait que le positionnement proclamé d’Emmanuel Macron, additionné à la présence de l’extrême-droite au second tour de notre présidentielle bipolarisante, comportait un risque majeur : celui de limiter l’alternative politique entre lui et l’extrême-droite. Dans l’hypothèse de son échec, il ne resterait donc que le pire.

Aujourd’hui, ce risque a pris corps avec l’élection dudit Macron et avec la danse du ventre des courtisans de tous bords visant à effacer le clivage structurant depuis toujours de la politique en France et ailleurs : la droite et la gauche.

Je ne crois pas à cet effacement qui n’est évidemment pas souhaitable au regard du risque ci-avant décrit.

Dessin de FRAP http://frap-dessins.blogspot.fr

Il y aura toujours débat entre ceux qui portent les vertus de la compétition et ceux qui préfèrent la coopération. Entre ceux qui préfèrent la charité individuelle et ceux qui croient à la solidarité collectivement organisée. Entre ceux qui pensent que la liberté totale des acteurs économiques est plus efficace et ceux qui portent la volonté d’une régulation, voire d’un contrôle social ou public des moyens de production. Entre ceux qui pensent que les inégalités sont regrettables mais inhérentes à la nature humaine, et ceux qui refusent de s’y résoudre et portent l’Egalité au cœur et en action. Entre ceux qui croient à une prédestination et ceux qui pensent que rien n’est écrit. Entre ceux qui pensent que les inégalités de revenu et de richesses sont inéluctables, légitimes et indicateurs de mérites et ceux qui observent que la rente et l’héritage perpétuent ces inégalités de manière inacceptable et qu’une redistribution est nécessaire. Bien sûr, tout n’est pas binaire et manichéen. Bien sûr, chacun d’entre nous place son propre curseur entre chacun de ces pôles. Bien sûr, la vérité n’est jamais totalement d’un côté. Mais quand même… La réaction aux inégalités est probablement le critère le plus important pour apprécier l’appartenance à une des deux familles de pensée.

Alors, comment faire pour faire vivre ce clivage éminemment démocratique dans le contexte nouveau (et déstabilisant !) qui nous est proposé. Comment le faire sans dogmatisme, sectarisme ni étroitesse d’esprit, mais dans la clarté ?

En restant soi-même, fidèle à ses valeurs, à sa famille politique et à ceux dont on a la fierté d’être compagnon de route ou ami.

Pour ma modeste part, j’entends rester Socialiste, membre du Parti éponyme, comme depuis bientôt 35 ans. Je ne crois pas à sa mort tout autant que je suis convaincu qu’il est au bout d’un cycle et que les fondements d’une époque nouvelle doivent être rapidement établis.

Et je pense que la place des Socialistes est, dans le respect de ce que nous sommes, de ce que nous portons, dans la majorité future d’Emmanuel Macron. Pour la réussite de son quinquennat au service de nos concitoyens, pour le faire pencher du bon côté du clivage dont je réaffirme la pertinence. Cela qui n’a rien à voir avec la préservation des appareils ou des coteries sclérosantes, ni n’empêche en quoi que ce soit le renouvellement attendu des pratiques et du personnel politique.

Je ne reviens pas sur les raisons pour lesquelles je pense inepte de classer le nouveau Président et son projet à droite. Il n’est pas conservateur, encore moins réactionnaire. Trop libéral en économie à notre goût ? C’est certain. Incompatible avec nos valeurs et nos aspirations de justice sociale et de solidarité, de transformation sociale ? Sûrement pas. (suite…)

De la démocratie et de son respect…

lundi, février 20th, 2017

1. La primaire de la gauche a donné un résultat dont personne ne conteste les effets : Benoît Hamon est mon candidat comme il est le candidat de toutes celles et tous ceux qui ont participé à ce processus. J’ai présidé un bureau de vote, ça vaut participation, non ? François de Rugy s’est présenté, lui, mais il semble hésiter sur les conclusions à en tirer. Il faut dire qu’il était venu là par conviction unitaire (j’en témoigne), et par intérêt personnel (j’en témoigne aussi). Sur l’unité, il est pris à contre-pied puisque ses anciens copains d’EELV qui maudissaient les Socialistes, trouvent que Hamon est finalement fréquentable, surtout quand Jadot ne réussit pas à avoir ses 500 signatures, effets co-latéral de la stratégie d’isolement plébiscitée par les militants écolos. Ça va être chaud sur la 1ère circo de Loire-Atlantique, je vous le dis ! Mais j’y reviendrai une autre fois…

Dessin de FRAP
http://frap-dessins.blogspot.fr/

Mais, normalement, se présenter à un processus électoral vaut acceptation de son résultat. François a même dû signer un papelard dans ce sens. Certes, on peut comprendre que voir Hamon causer d’abord écologie (et circonscriptions…) avec Jadot et pas avec lui qui a pourtant réuni presque 4 fois plus de suffrages que le putatif candidat EELV, il y a de quoi se sentir libéré de sa parole. Or, François, et c’était écrit dès le soir du 29 janvier, semble plus près de rallier Macron que de distribuer les tracts de Benoît.

Donc, de mon modeste point de vue de président de bureau de vote, je suis sommé, statuts du Parti brandis, de respecter le résultat d’une primaire sur lequel s’apprête à s’assoir un de ses participants. Sans doute trouve-t-il qu’un pourcentage de participation de 4,48 %, ce qui fait 1181000 voix pour le vainqueur, ce n’est pas assez. Mais c’est trop pour l’ignorer, non ?

2. Il y a quelques mois, une consultation d’un nouveau genre était organisée à la demande du Président de la République pour demander aux gens principalement concernés s’ils approuvaient le transfert de l’aéroport de Nantes. Avec 550 000 votants sur 975 000 inscrits, soit une participation unanimement considérée comme forte à 55 %, le résultat de cette consultation a été reconnu (même avec atermoiements et intensité divers) par François de Rugy, par Emmanuel Macron, mais pas par Benoît Hamon ! Moi qui suis socialiste encarté depuis plus de 30 ans, Président d’un bureau de vote de la primaire (on le saura!), fortement engagé dans la campagne du OUI à la consultation sur l’A.G.O conformément à une majorité écrasante de son parti, je choisis comment entre une consultation à 4,48 %, et une autre à 55 % , aucune des deux n’ayant de conséquence légale ? Quelqu’un a de l’aspirine ? (suite…)

Étonnantes surprises et constatations banales

dimanche, novembre 27th, 2016

Prenez tous les scrutins à deux tours de ces dernières années : le second tour amplifie toujours la dynamique du premier. Ou presque : seules les élections où le Front National est apparu en position de gagner au soir d’un premier tour ont connu ce fameux sursaut appelé de leurs vœux par tous les perdants d’un initial dimanche. Mais jamais au profit de la gauche.

Dessin de Xavier Gorce Le Monde.fr 28-11-2016

Dessin de Xavier Gorce Le Monde.fr 28-11-2016

Il y a pourtant des commentateurs pour être surpris que la participation augmentée du second tour de la primaire de la droite n’a pas rééquilibré le duel Fillon-Juppé, bien au contraire. Qu’importe les fondements de cette quasi-loi, c’est une réalité. Il y a des fondamentaux, en politique. Des constantes. Non que les citoyens n’expriment pas sincèrement des aspirations à changer, à renouveler, pratiques et personnels politiques. Mais au matin du vote, les lois fondamentales reprennent le dessus. Celles qui attestaient de la correspondance entre la personnalité et le programme de Fillon avec les aspirations profondes du peuple de droite (et pas que…) au moment où nous sommes, ont surpris les sondeurs dans leurs prévisions électorales. Pas les analystes des enquêtes qualitatives et des baromètres au long cours, même si les réalités politiques profondes qui étaient sous leurs yeux ont pu leur échapper, l’enquête d’intentions de vote écrasant tout à sa parution. La surprise était inscrite dans des données parfaitement disponibles : honneur aux rares qui ont su les lire à Washington comme à Paris. Car le phénomène est observable dans toutes les démocraties.

Ces fondamentaux, je me permets d’en rappeler quelques uns, concernant la présidentielle vue de la gauche. J’en tire la conclusion que le Président sortant est au point d’équilibre de toute la gauche, et qu’il y est seul. Que sa légitimité ballotée et contestée reste la plus forte, et que l’interaction, l’alchimie entre système de partis, institutions et contexte politique, font de sa candidature une occurrence souhaitable si on souhaite la victoire de la gauche.

On m’en déduit autiste, désemparé, sourd aux colères populaires, aveugle aux insatisfactions de tous ordres et à un bilan qui serait détestable. On me présume idolâtre, agent obstiné d’un champion en perdition. Je reconnais que je porte la fidélité et la loyauté au plus haut dans ma conception de l’action politique et que je préfère perdre avec mes convictions qu’en tentant d’épouser l’air du temps. A chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance…

François Hollande prendra peut-être la volée qui lui est promise. Ou pas. Je reste convaincu qu’il reste le candidat de la gauche le mieux placé (ou le moins mal, et alors?) pour convaincre une majorité de Françaises et de Français que le progrès reste une belle idée en ce début de siècle « réactionnairisant », que la modernité dans une solidarité préservée est mieux porteuse d’avenir pour tous et chacun que le repli sur les idées d’autrefois : qui peut croire aujourd’hui qu’on réglera les problèmes de notre système éducatif en collant un uniforme aux élèves ou que la nationalisation de telle ou telle partie de notre économie puisse durablement sauver les pans menacés de notre industrie ?

Je ne suis pas un fan, je ne suis supporter que du FCN et je n’ai pas de champion. J’essaie juste d’avoir un raisonnement politique fondé sur plus de lucidité et d’expérience que de passion partisane, d’analyses d’actualité quotidienne, d’emportements et d’entre-soi militant au mieux, microcosmique au pire. Ce qui ressort de la primaire de la droite est loin de me donner tort. Je continuerai donc à dire aux gens de gauche,et notamment aux militants qui s’en sont donnés la responsabilité par leur engagement, que si leur voisin se plaint du gouvernement et du Président, il y a beaucoup plus de chance qu’il vote à droite (ou pire) s’ils l’approuvent que s’ils trouvent, en eux-même bien plus que dans les argumentaires officiels, les voies de la pédagogie d’une action et de la conviction que les choix opérés sont les plus pertinents. Ils sont en tous cas, infiniment plus pertinents que ce que nous propose la double adversité de droite et d’extrême-droite, la politique alternative de gauche restant une chimère économique, sociale et surtout politique. Oui, il y a un camp à choisir et un combat à mener. C’est bien banal, ça…

Dimanche prochain, rendez-vous avec le changement !

mardi, mai 1st, 2012

Le 6 mai, votez et faites voter François Hollande !


Appel à voter François Hollande 2012 par Pascal… par pascalbolo

Le changement, c’est maintenant !

lundi, avril 9th, 2012


Clip officiel de campagne de François Hollande -… par francoishollande

La République, l ‘égalité, la justice. Partout.

vendredi, mars 16th, 2012

Je le sentais bien depuis quelques jours : les habitants des quartiers populaires, s’il n’en peuvent plus de Sarkozy, cherchaient un peu en quoi le projet de François Hollande s’adressaient aussi à eux. Les commentateurs faisaient écho à ce sentiment : les quartiers hors de la campagne ? François Hollande a répondu à cette attente avant hier, dans son discours de Marseille qui pour moi est aussi important que celui du Bourget. Outre l’extraordinaire ambiance qui se dégage, preuve que François Hollande n’est pas seulement le seul en mesure de sortir le sortant, mais celui qui porte l’espoir d’une politique nouvelle et d’une République retrouvée, les engagements et les mots prononcés sont ceux que les habitants des quartiers populaires étaient en droit d’attendre de celui qui est plus que jamais leur candidat. C’est sûrement une coincidence : Jean-Marc Ayrault est intervenu lors de ce meeting. Je vous mets la vidéo de sa réaction après le discours de François Hollande et je vous propose l’intégrale du discours de Marseille du futur Président de la République.


Discours de Marseille le 14 mars par francoishollande


Meeting de François Hollande à Marseille : Jean… par PartiSocialiste

Les quartiers populaires votent François HOLLANDE

lundi, octobre 10th, 2011

Fête de quartier au Chêne des Anglais - Toute l'énergie positive des quartiers populaires.

Le premier tour des primaires citoyennes a été un incroyable succès. Plus de 2 millions et demi de votants au niveau national, près de 20000 à Nantes, et dans tous les quartiers un flot ininterrompu de votants accueillis par des militants enthousiastes qui n’osaient espérer un tel engouement.
Le résultat est aussi riche d’enseignement sur les aspirations et les espoirs de ceux qui sont le plus fortement exposés à la crise et à ses conséquences quotidiennes. Sur leur exigence aussi.
Ce sont les quartiers populaires qui ont donné la plus large avance à François Hollande, à Nantes mais aussi à St Herblain. 50 % et + 20 points par rapport à Martine Aubry aux Dervallières, 47 % et 19 points à l’Ecole Jean Zay, près de 48 % et + 18 points au Chêne des Anglais et Bout des Pavés. Les bureaux populaires de Doulon confirment cette tendance, avec un différentiel de + de 14 point en faveur de François Hollande à 44 %.

A contrario, l’Ecole Molière, Canclaux ou Madeleine-Champs de Mars, dont la sociologie est bien différente n’ont pas placé François Hollande aussi haut que nous l’espérions, puisqu’il y est devancé par Martine Aubry. On laissera aux spécialistes de l’analyse socio-politique ou électorale le soin d’opérer les rapprochements avec les résultats d’élections récentes. (suite…)

Faut qu’ ça saigne ?

samedi, octobre 1st, 2011

Elle est chouette cette chanson de Boris Vian, Les Joyeux Bouchers. Comme toutes les chansons de Boris Vian d’ailleurs…
Ce sont certains commentaires liés aux primaires citoyennes du P.S qui m’y font songer. A écouter certains, le débat des primaires serait tristement aseptisé, dissimulant des clivages derrière un unanimisme de façade ou pire, calculateur, ou, pire de chez pire, révélant l’absence de divergences irréductibles entre candidats auxdites primaires. Mince alors !
Deux débats télévisés plus tard, nos amateurs de sang frais coulant sur le sable de l’arène démocratique doivent déprimer grave. Non seulement les candidat-e-s débattent vraiment, mais il ne s’insultent pas, dérapent assez peu entre les confrontations publiques, et donnent d’eux-mêmes, des socialistes et de la gauche une image finalement avenante, semant au passage une jolie panique dans les rangs d’une droite gourmande qui se pourléchait déjà les babines de l’hémoglobine espérée.
C’est bien de nous ça ! Si on ne s’entretue pas , c’est pas vraiment démocratique. Il faut du clivage, de l’affrontement binaire, de l’irréconciliable, de l’incompatible , de l’irréductible. Sinon, ça vaut pas ! Comme si notre passé de peuple révolutionnaire et régicide nous rendait définitivement incapable de trancher les débats autrement qu’avec la guillotine, fût-elle symbolique.
On comprend les journalistes, de droite ou soucieux de sensationnel : « les socialos qui se bouffent, ça fait vendre Coco », et ça rapporte gros…à la droite.
On compatit à ceux qui ne se sont jamais définis que contre et qui ont donc besoin d’un ennemi à pourfendre, de préférence dans leur camp d’ailleurs. Ceux-ci ont le rapport de force interne à la gauche bien plus au cœur que la victoire contre la droite qui, somme toute, ne mène qu’aux emmerdements, puisqu’elle conduit à assumer les responsabilités et à risquer de confronter au réel les discours d’avant élection ! Nos révolutionnaires « plus à gauche que moi tu meurs » sont comme les marins d’Audiard : ils font des phrases…
Alors, étant moi-même d’un tempérament un poil belliqueux, je m’insurge et proteste. (suite…)

François Hollande au Nouvel Obs

jeudi, septembre 15th, 2011

Je trouve juste cette interview excellente, alors je vous la propose.


Primaire PS : François Hollande face à l'Obs par Nouvelobs

Bonne rentrée à toutes et tous…

mardi, août 30th, 2011

…et rendez-vous les 9 et 16 octobre pour les primaires citoyennes de désignation du (ou de la) candidat-e socialiste aux élections présidentielles !


mes voeux de rentrée 2011-2 par pascalbolo