Pascal Bolo 1er adjoint au Maire de Nantes et quelques autres missions…

10 octobre 2010

J ‘ai pas voulu voir Budapest mais j ‘ai trop vu Paris…

Si j'ai séché la convention de Transcité de Budapest, Nantes était bien représentée au 125ème anniversaire de l'Union Internationale des Transports Publics à Bruxelles. La preuve.

Il y a un an, je vous racontais mes trois jours passés à Istanbul pour la convention annuelle de Transcité, réseau d’exploitants de transports publics. Eh bien cette année, je ne vous raconterais pas Budapest, puisque j’ai séché l’édition 2010. Non que la rencontre soit sans intérêt, mais parce qu’il faut bien faire des choix ! Il se trouve qu’un vote interne au Parti Socialiste me concernant d’assez près (euphémisme…) avait lieu à ce moment et qu’il ne m’a pas paru très courtois vis à vis de mes camarades d’aller vérifier la couleur du Danube à ce moment.

Par surcroit, même si la présidence de la TAN vous pousse naturellement à être d’humeur voyageuse, le temps que je passe dans les transports ces temps-ci finit par être conséquent. Jusqu’alors, j’ai échappé aux grosses pannes de TGV qui vous font arriver de Paris avec 5 heures de retard. Cependant, les réunions parisiennes liées aux finances communales se font nombreuses. La semaine dernière, c’était la commission des finances de l’Association des Maires de Grandes Villes de France. On vient y glaner les dernières infos concernant les (contre)réformes en cours ou plus prosaïquement les données du Projet de Loi de Finances : à quelle sauce l’Etat va-t-il nous manger cette année ? Quel mauvais coup nous prépare-t-il, et sur quels points jugés stratégiques s’accorder avec  les autres associations (Maires de France, Villes moyennes, Communauté Urbaine…) pour obtenir du gouvernement les reculs nécessaires par un lobbying bien mené ? L’emblématique président de cette commission est Jean-Claude Boulard, maire du Mans. Un des meilleurs spécialistes des finances locales et un sacré personnage. Le genre à monopoliser la parole pendant deux heures et à s’enquérir gentiment de notre éventuelle lassitude de son monologue ! Les associations d’élus de ce genre, c’est à la fois très politique (les répartitions de responsabilités sont le fruit de savants dosages) et plus du tout quand les élus de tous bords sont vent debout contre les projets gouvernementaux. A ces  moments, nous sommes censés ne plus faire que de la technique financière. Je me suis fait presque gronder par Boulard quand j’ai fait remarquer à haute voix que la fameuse réforme territoriale allait, de renoncements en reports, bientôt se réduire à la seule création du Conseiller territorial. Pas l’endroit du débat politique me fait-il comprendre ! Il y a quand même des moments où il faut dire les choses, même dans les instances où des adversaires politiques (pas directs il est vrai…) se retrouvent entre gens de bonne compagnie dans les salles de réunions de l’Assemblée Nationale ou du Sénat à essayer de sauver ce qui peut l’être de leurs budgets respectifs… (more…)

8 novembre 2009

Sous vos applaudissements !

Ça y est ! Il y a un Conseil de Quartier à Nantes Nord depuis samedi. Dans les 10 autres quartiers aussi mais comme je n’y étais pas, je ne peux pas raconter. Je sais quand même que ça c’est bien passé.

A Nantes Nord, ça s’est même très bien passé. Le collège associatif a été composé sans problème. C’est vrai qu’il y avait moins de candidatures « utiles » que de sièges. Mais il y a quand même eu un débat sur la présence de « Place au vélo ». Pour tout dire, je n’étais pas très chaud pour qu’ils y soient, leur présence à Nantes Nord

Un collège associatif composé par consensus

Un collège associatif composé par consensus

(critère minimal retenu et accepté) ne m’étant pas apparue jusqu’alors. Ce sont les autres associations qui ont défendu l’apport futur de Place au vélo, qui avait quand même un représentant « local ». Puisque consensus il y avait, et que la présence de Place au Vélo avait été détectée (dans les écoles) à Nantes Nord par plus attentif que moi, je n’avais pas de raison de renier mes propres critères. Il reste donc trois places à pourvoir dans le collège associatif du Conseil et je ne désespère pas de convaincre une association sportive de nous rejoindre, la porte restant bien entendu ouverte à d’autres. C’est une des faiblesses de notre communication de rentrée sur le sujet : les associations ne se sont pas sentie aussi concernées que je l’aurais souhaité mais nous n’avons pas assez fait pour les en convaincre. Cela se corrigera.

Pour le collège des habitants, j’étais satisfait d’avoir 36 présents sur 53 candidats dont plein de gens que je ne connaissais pas. Le tirage au sort ayant été annoncé avant la réunion, et ce tirage n’excluant évidemment pas les absents, on aurait pu comprendre une moindre assiduité. La motivation est visiblement très forte. (more…)

29 octobre 2009

Conseils de quartiers : tout le monde a gagné !

Ce qu’il y a de bien dans l’action locale, c’est que rien ne se passe jamais exactement comme on l’avait envisagé ! J’ai fait un point presse hier (le lien vers Maville.com)(le lien vers 20mn) pour dresser un petit bilan d’étape de la constitution des nouveaux conseils de quartier. Le premier enseignement est que nous sommes bien au-delà du nombre de candidats envisagés. Plus de 900, retardataires compris, c’est une vraie bonne surprise. Plus de 60 % dans la tranche d’âge 30-59 ans, c’est une deuxième bonne surprise. 82 % de volontaires déclarant n’avoir jamais participé à un Comité Consultatif de Quartier, c’est une troisième bonne nouvelle. S’il reste un déséquilibre hommes-femmes (57-43 %) il est moins marqué qu’on pouvait le craindre. Cela veut dire que nos objectifs d’élargissement de nos interlocuteurs et de diversification des participants à nos instances participatives sont en bonne voie d’être atteints. Ils le seront vraiment si nous trouvons les modes de fonctionnement et d’animation qui leur conviennent et leur permettent d’aller sans hésitation au bout de l’engagement de deux ans qu’ils ont pris.
Ce sera encore plus nécessaire pour celles et ceux qui ont été tirés au sort. Sans que ce soit une surprise, l’institut TMO a un peu de mal à recueillir les derniers accords de participation. C’est notamment le cas dans les quartiers populaires. Là encore, pas de mystère : quand on est soi-même dans la précarité, confronté à des difficultés quotidiennes, on est moins disponible pour s’engager dans une citoyenneté active. L’exclusion sociale produit l’exclusion de la citoyenneté vécue. D’autant que des sentiments relevant d’une forme d’auto-dévalorisation ne sont jamais bien loin. Lors du forum de Strasbourg, les élus de Fribourg nous ont expliqué comment ils faisaient du porte à porte pour recueillir l’avis des habitants dans les quartiers populaires. Ce défi là reste à relever. (more…)

18 octobre 2009

Baeckeoffe et démocratie locale

Le Baeckeoffe est un plat bien plus typiquement alsacien que la choucroute. Je ne peux pas faire moins que de vous proposer un lien vers une recette prise au hasard dans un moteur de recherche. J’ai eu en effet la chance d’en goûter un grâce à l’hospitalité de nos amis strasbourgeois qui avait sollicité, entre autres municipalités, la Ville de Nantes pour participer aux tables rondes finales de leur Semaine européenne de la démocratie locale.

Le très bel hémicycle du Conseil de l'Europe

Le très bel hémicycle du Conseil de l'Europe

Je tire plusieurs enseignements de ce samedi strasbourgeois dans les locaux du Conseil de l’Europe, la plus ancienne de nos institutions continentales, qui réunit 47 pays y compris la Turquie. La première est que les interrogations qui sont les nôtres sur la nature, les finalités et les outils du dialogue citoyen sont partagées et que les réponses vont toutes dans le même sens. Etre en phase avec Lyon, Grenoble et Strasbourg, ça rassure ! Constater qu’on l’est aussi avec Fribourg, ville allemande référence pour ses quartiers écologiques, c’est bien aussi. (more…)

9 octobre 2009

Si vous l ‘avez raté…

Philippe GAMBERT m’a soumis à la question pour Ouest-France sur le dialogue citoyen… C’est paru le 8 octobre dans l’édition de Nantes ! J’ai bien essayé de le scanner mais c’est illisible. Dommage, elle est bien cette interview ! Nous avons eu un vrai débat sur la transparence.

Avec Yves MATHIEU le Directeur de Missions Publiques - Photo L.P.

Avec Yves MATHIEU le Directeur de Missions Publiques

En parallèle de la constitution des Conseils de quartiers, nous continuons à avancer sur la charte du dialogue citoyen. Nous avons eu jeudi 8 octobre une séance bluffante pendant laquelle, probablement pour la première fois à la mairie de Nantes, élus, services et représentants de la société civile ont bossé ensemble, en atelier, pour produire un diagnostic prospectif sur 20 ans de dialogue citoyen à Nantes. Ils avaient d’abord été réunis séparément en trois tables rondes et la restitution croisée a été sportive. Les consultants qui nous aident dans ce processus, Missions Publiques, ont mené ça de main de maître et la production collective a été vraiment riche, à partir d’une restitution sans fard de la parole des uns et des autres.

J’en retire que la sincérité est un risque payant. Même les plus sévères à l’égard de la municipalité ont retrouvé à l’écran ce qu’ils avaient dit. Ils étaient presque les plus gênés du culot d’une démarche qui n’en occultait rien ! Leur contribution n’en a été que plus utile ensuite et la qualité d’écoute mutuelle étonnante.

Je n’ai qu’un regret : l’opposition n’a pas jugée utile de s’inviter ce soir-là. Ils auraient vu à quel point leur posture politicienne sur le sujet est à côté de la plaque. Si ça continue comme ça, il va falloir qu’on les invite !

_______________________________________

27 septembre 2009

Nantaises, Nantais, attention ! Ils veulent vous piquer votre place !

« Ils » ce sont des élus UMP de Nantes qui n’ont rien trouvé de plus malin que de faire acte de candidature au Conseil du quartier de leur domicile, parmi les citoyens volontaires.

Cela fait plusieurs fois que nous essayons d’expliquer ce qui nous semble raisonnable, simple, sensé et pour tout dire honnête : notre nouvelle étape du développement du dialogue citoyen a pour objectif de faire émerger la parole de ceux qui ne la prenne pas assez, de valoriser leur expertise d’habitant de leur ville, d’usager des services que leur propose leur municipalité et de les rendre acteur et coproducteurs des politiques publiques conduites. (more…)