Posts Tagged ‘citoyen’

2011 commence bien !

samedi, janvier 1st, 2011

Je me demandais ce qui pourrait bien symboliser 2011 telle que je nous la souhaite, nous pauvres mortels errant à l’aube de la deuxième décennie de ce siècle, mais errant à Nantes, ce qui est quand même beaucoup mieux que dans bien des recoins de notre planète terre.

Je ne savais pas vraiment ce que je cherchais. Je n ‘aurais pas su le décrire à coup sûr, mais c’est en le trouvant que je l’ai vraiment appris.

Déjà la célébration du dernier mariage nantais de l’année 2010, celui de mon amie Amandine et du Sébastien qui lui est tombé du ciel m’avait mis dans des dispositions optimistes : aussi magnifiquement assortis que ces deux là, c’est difficile ! Les unir au nom de la République a été un authentique plaisir et une vraie fierté. Leur bonheur de s’être trouvés est contagieux.

Le nouvel an fêté au 10 rue Samuel de Champlain

J’ai donc rendu dès ce premier jour de l’année nouvelle une petite visite dans le hall du 10, rue Samuel de Champlain, au Chêne des Anglais, là où deux « voisines solidaires », avaient installé tables, jus de fruit, café, chocolats et petits gâteaux à l’attention de leurs voisins de tour et particulièrement de celles et ceux qui, connaissant la solitude, peuvent vivre douloureusement ces périodes de festivités et de convivialité qui ne font que souligner leur isolement. Nantes Habitat leur avait fourni le label et aidé à l’information sur l’initiative.

Louisa et Lydie ont donc passé leur journée dans le hall, accueillant leurs voisins dans un décor évoquant la diversité des origines des uns et des autres et préparé par leurs propres enfants.

Comme j’évoquais avec elle ces jeunes squattant l’entrée de la tour voisine dans un esprit nettement moins convivial, au grand dam des habitants, Louisa m’a répondu : « Les habitants de cette tour  devraient faire comme nous ! Ici, il n’y a pas d’occupation du hall, parce que nous, nous y sommes, avec des actions comme celle-ci. Les jeunes savent bien qu’on ne les laisserait pas occuper les lieux. »

L’occupation de la tour voisine, nous la connaissons bien, nous, élus, techniciens responsables, bailleur ou éducateurs. Etant bien entendu que la fameuse loi contre ces regroupements est inapplicable et donc inappliquée, nous avons bien du mal à enrayer le phénomène malgré nos efforts.

Louisa et Lydie nous montrent que le « bien vivre ensemble », s’il a un impérieux besoin d’une action publique déterminée, ne peut se passer des initiatives des habitants, de leur capacité à prendre en main leur vie collective.

Eh bien c’est cela que je nous souhaite pour 2011 : des habitants mobilisés pour que leur diversité soit la richesse de chacun d’entre eux. Des élus présents, des politiques publiques ambitieuses mais qui ne sont jamais aussi efficaces que lorsque les citoyens font ce qu’ils feront toujours bien mieux que nous : créer des liens, des relations humaines, de la fraternité dans le respect de chacun et dans un esprit de solidarité, sans autre enjeu que de se sentir bien ou mieux dans son logement, son immeuble et son quartier.

Cette mobilisation de ses habitants, Nantes en aura besoin pour jouer tout son rôle de ville centre pour la rédaction du « projet de territoire » pour 2030, préparé sous l’égide de l’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Nantaise (AURAN). Ce sera mon principal travail de l’année 2011 : créer les conditions de cette participation, en susciter l’envie chez nos concitoyens.

C’est sûr, Louisa, Lydie et tous les autres auront leur mot à dire, à donner leur vision de leur vie et de leur ville et de leur quartier dans 20 ans.

C’est grâce à toutes les Louisa et toutes les Lydie, grâce aussi à leur exigence à notre égard, à leur vigilance, à leur soif de débat, d’explications et d’échanges, que Nantes pourra continuer d’avancer au service de tous ses habitants, sans jamais avoir à choisir sacrifier l’ambition à la solidarité ni la solidarité à l’ambition. 2011 commence bien !

Ce qu ‘il faut penser de…: Le dialogue citoyen à Nantes

jeudi, avril 29th, 2010

C’est une vieille blague entre Dominique LUNEAU, patron de l’agence API et votre serviteur. Aux tous débuts de Télénantes, dont il a été le premier directeur, je lui avais proposé une émission propre à l’aider à atteindre au meilleur prix, les objectifs ambitieux de « production fraîche » imposés à la nouvelle télé nantaise par son contrat avec le CSA. J’en étais le producteur et l’animateur bénévole, ça s’appelait « Ce qu’il faut penser de… » et ça consistait à ce que je discoure en plan fixe pendant 26 ou 52 minutes sur un sujet donné. L’horreur ! Eh bien figurez-vous que Walter Bonomo, animateur de TV Rezé, à qui rien ne fait peur, a quasiment réalisé un pilote ! Il se trouve que j’étais invité le 26 mars dernier par Gaetan Bourdin, Directeur des Badauds associés, à plancher devant les participants aux Rencontres du Grand Ouest de l’Intelligence Territoriale (programme complet en cliquant ici : programme_ITGO_2010_fr). Walter, également intervenant, était chargé d’assurer la captation des débats et leur retransmission en direct sur la toile. Pour tout vous dire, j’étais arrivé un peu les mains dans les poches, persuadé que j’aurais à participer à une table ronde où les questions de l’animateur et le débat avec les autres participants me permettaient de parler de la nouvelle étape du dialogue citoyen à Nantes, et notamment des Conseils de quartier, sans trop de risque malgré le manque de préparation. En fait, il s’agissait d’une intervention… Heureusement qu’il y avait un peu de retard dans le planning : arrivé pour une fois l’heure, j’ai eu le temps de jeter un vague plan sur un papier et je me suis jeté à l’eau. Walter à tout filmé, et il m’a donné le code qui me permet de vous faire partager la chose. Pas de doute : le plan fixe, ça ne pardonne pas grand-chose et notamment l’idée bizarre que j’ai eu à un moment de me mettre à arpéger de la main droite comme si j’avais ma guitare entre les mains ! Mais bon ! J’ai quand même à peu près réussi à résumer notre état d’esprit sur le sujet donné. Si je ne me fais pas de compliment, qui le fera ?


Atelier 1 – Dialogue Citoyen
envoyé par tvreze. – Vidéos des dernières découvertes technologiques.

Budget 2010 de la Ville : adopté !

vendredi, février 5th, 2010

Faire partager l’intérêt d’un débat budgétaire local n’est pas facile. Le vote du budget est reconnu par tous comme l’acte majeur d’un conseil municipal. Le vote émis par chaque élu(e) le(la) classera dans la majorité ou dans l’opposition. Et pourtant, il est bien difficile d’y intéresser les gens au-delà de la question des impôts. Mon copain et homologue herblinois Bertrand AFFILE s’est fait charrier avec une réunion de quartier fréquentée par un habitant et un seul. J’avais bien eu l’idée de filmer mon intervention au conseil municipal et de la monter en plusieurs vidéos pour ce blog avec des éléments du Power Point qui me sert de support. Mais cela posait un problème de principe (ce blog n’est pas là pour faire de la communication institutionnelle) et je n’étais pas sûr de la digestibilité de la chose, même en plusieurs parties indépendantes  ! Mais je ne renonce pas à inventer quelque chose àl’avenir. Ne serait-ce que parce que la politique financière n’a aucune raison de s’exonérer des « bonnes pratiques » fixées par la Charte nantaise du Dialogue citoyen que nous avons adoptée également le 29 janvier (on y reviendra sur ce blog). Mais pour l’instant, je me contente de ces liens vers le site de la ville où vous trouverez en documents téléchargeables l’intégrale de la présentation budgétaire et du Powerpoint associé. Ce n’est pas aussi rébarbatif que vous pouvez le craindre !

Pour tout savoir sur le budget 2010 cliquez ici !

Combien ça fait 3 fois 18 ?

dimanche, décembre 13th, 2009

P1020535Grand moment de solitude lors de la soirée d’accueil des nouveaux Conseillers de quartier par le Maire himself. J’ai décidé de parler sans note, juste avec le Power Point comme support. Jusqu’ici, j’ai bien bafouillé une ou deux fois en cherchant un p… de mot qui ne venait pas, mais ça roule. Je suis un poil trop long par rapport au conducteur mais apparemment, l’auditoire n’en a pas trop marre encore. Je suis hyper concentré, nez dans le guidon, tendu comme une arbalète (ou comme un string variante moderne apprise d’une copine). Il y a 500 personnes devant moi qui attendent de bien comprendre dans quoi elles se sont embarquées et c’est moi qui doit expliquer. En plus, Il y a le grand chef qui me regarde sur le côté pour être sûr qu’il a bien compris dans quoi je l’embarque lui aussi. Et puis mes collègues adjoints de quartier et les chargés de quartier qui ont un peu le vertige en songeant au boulot que notre belle invention va leur donner. Mais, bon, ça ne se passe pas mal. Et puis voilà que je me lance à l’improviste, par la faute à une association d’idée, dans une digression d’explication de la raison qui fait que les conseils de quartier n’ont pas tous le même nombre de membre. C’est simple, je dis, il ya trois collèges équivalents et un nombre de conseillers de quartier différent selon la population du quartier. Dans les moins peuplés trois collèges de 12 font 36 conseillers. D’autres font 3 fois 15, soit 45. D’autres, au nombre d’habitants les plus importants, 3 fois 18 soit…. Le blanc. Le trou. Combien ça fait 3 fois 18 ? Je ne sais plus.

P1020538

Pourquoi j’ai l’impression que le sol se dérobe sous mes pieds ? C’est quoi ce frisson glacé ? Je bafouille, m’excuse… Cherche du secours… Au premier rang, on tente de me souffler. J’entends mal… Je lâche : « 64 ». Poilade générale et méritée. Je reconnecte enfin. 54, oui, c’est bien 54 que font 3 fois 18 ! Je fais bonne figure en rigolant aussi (je vais pas m’effondrer en sanglots, hein ?). Je me tourne machinalement vers le Maire pour voir si du soutien, du réconfort, de la compassion ou de la solidarité sont disponibles de ce côté-là. Hilare, il a déjà empoigné son micro : « …et je vous rappelle que je lui ai confié les finances de la ville… ».
Merci Patron !
Tout le monde semble d’accord : c’était une très bonne soirée !
Y a plus qu’à…

Conseils de quartiers : tout le monde a gagné !

jeudi, octobre 29th, 2009

Ce qu’il y a de bien dans l’action locale, c’est que rien ne se passe jamais exactement comme on l’avait envisagé ! J’ai fait un point presse hier (le lien vers Maville.com)(le lien vers 20mn) pour dresser un petit bilan d’étape de la constitution des nouveaux conseils de quartier. Le premier enseignement est que nous sommes bien au-delà du nombre de candidats envisagés. Plus de 900, retardataires compris, c’est une vraie bonne surprise. Plus de 60 % dans la tranche d’âge 30-59 ans, c’est une deuxième bonne surprise. 82 % de volontaires déclarant n’avoir jamais participé à un Comité Consultatif de Quartier, c’est une troisième bonne nouvelle. S’il reste un déséquilibre hommes-femmes (57-43 %) il est moins marqué qu’on pouvait le craindre. Cela veut dire que nos objectifs d’élargissement de nos interlocuteurs et de diversification des participants à nos instances participatives sont en bonne voie d’être atteints. Ils le seront vraiment si nous trouvons les modes de fonctionnement et d’animation qui leur conviennent et leur permettent d’aller sans hésitation au bout de l’engagement de deux ans qu’ils ont pris.
Ce sera encore plus nécessaire pour celles et ceux qui ont été tirés au sort. Sans que ce soit une surprise, l’institut TMO a un peu de mal à recueillir les derniers accords de participation. C’est notamment le cas dans les quartiers populaires. Là encore, pas de mystère : quand on est soi-même dans la précarité, confronté à des difficultés quotidiennes, on est moins disponible pour s’engager dans une citoyenneté active. L’exclusion sociale produit l’exclusion de la citoyenneté vécue. D’autant que des sentiments relevant d’une forme d’auto-dévalorisation ne sont jamais bien loin. Lors du forum de Strasbourg, les élus de Fribourg nous ont expliqué comment ils faisaient du porte à porte pour recueillir l’avis des habitants dans les quartiers populaires. Ce défi là reste à relever. (suite…)

Si vous l ‘avez raté…

vendredi, octobre 9th, 2009

Philippe GAMBERT m’a soumis à la question pour Ouest-France sur le dialogue citoyen… C’est paru le 8 octobre dans l’édition de Nantes ! J’ai bien essayé de le scanner mais c’est illisible. Dommage, elle est bien cette interview ! Nous avons eu un vrai débat sur la transparence.

Avec Yves MATHIEU le Directeur de Missions Publiques - Photo L.P.

Avec Yves MATHIEU le Directeur de Missions Publiques

En parallèle de la constitution des Conseils de quartiers, nous continuons à avancer sur la charte du dialogue citoyen. Nous avons eu jeudi 8 octobre une séance bluffante pendant laquelle, probablement pour la première fois à la mairie de Nantes, élus, services et représentants de la société civile ont bossé ensemble, en atelier, pour produire un diagnostic prospectif sur 20 ans de dialogue citoyen à Nantes. Ils avaient d’abord été réunis séparément en trois tables rondes et la restitution croisée a été sportive. Les consultants qui nous aident dans ce processus, Missions Publiques, ont mené ça de main de maître et la production collective a été vraiment riche, à partir d’une restitution sans fard de la parole des uns et des autres.

J’en retire que la sincérité est un risque payant. Même les plus sévères à l’égard de la municipalité ont retrouvé à l’écran ce qu’ils avaient dit. Ils étaient presque les plus gênés du culot d’une démarche qui n’en occultait rien ! Leur contribution n’en a été que plus utile ensuite et la qualité d’écoute mutuelle étonnante.

Je n’ai qu’un regret : l’opposition n’a pas jugée utile de s’inviter ce soir-là. Ils auraient vu à quel point leur posture politicienne sur le sujet est à côté de la plaque. Si ça continue comme ça, il va falloir qu’on les invite !

_______________________________________