Et le gagnant est…

Chères concitoyennes et chers concitoyens du 6ème canton de Nantes, électrices et électeurs de la première circonscription de Loire-Atlantique,

Évidemment, il avait de quoi être en pétard, le Premier secrétaire du P.S d’Indre et Loire. Marisol Touraine, ministre des affaires sociales au bilan pourtant plus qu’honorable, venait, toute honte bue, de changer ses affiches de candidate socialiste en candidate « Majorité Présidentielle » tout en bleu ciel…le lendemain de la limite de dépôt des candidatures. Jurant un peu tard qu’on ne l’y prendrai plus, et souhaitant signifier que le P.S ne soutenait plus l’ingrate Marisol (qui doit s’en moquer éperdument, soit dit en passant), il déclara tout à trac qu’il laissait les électeurs « libres de leur vote » ! Diantre ! Ils ne l’étaient donc pas avant ? Même en invoquant une maladresse d’expression sous le coup d’une légitime émotion, je me suis pris à trouver une circonstance atténuante à la fourbe Marisol : flanquée d’un apparatchik de cet acabit, pas commode d’assumer le poing et la rose…

Tout ça pour vous dire que les consignes de vote, c’est du passé. Non qu’il soit inutile quand on est en situation de responsabilité partisane de recommander le « bon choix » à ses militants et sympathisants : ça fait partie du job ! Non qu’il soit illégitime pour un ou une candidate éliminée à l’issu du premier tour d’affirmer un soutien à un candidat qualifié pour le dimanche d’après : certains électeurs seront demandeurs que celui ou celle en qui ils avaient confiance les éclaire dans leur libre choix par un désistement en bonne et due forme. Mais de là à poser les choses entre consigne et liberté de vote…

Le choix que j’exprime aujourd’hui, pour notre singulière première circonscription de Loire-Atlantique, relève donc juste de l’explication de vote. Pas d’un soutien. Pas d’un appel. Encore moins d’une consigne ! Acteur de la vie politique locale, votre élu cantonal, je vous dois juste le pourquoi du comment.

Dès le premier tour de la présidentielle, comme nombre de mes camarades et collègues qui ont eu la sagesse de le taire (eux !), j’ai voté Emmanuel Macron. Pour ne pas risquer un second tour Fillon-Le Pen d’abord (j’adore ceux qui disent après : « Ben tu vois, y avait pas de risque! » Encore fallait-il que quelques-uns fassent le boulot, eh ! Banane!), pour éviter à mon pays la honte de placer Le Pen en tête ensuite.

Mes priorités pour la législative nantaise ne sont pas éloignées. La première circonscription est celle où le rapport droite-gauche tel qu’il ressort du premier tour de la présidentielle est le plus serré. Ou le moins favorable à mon camp, la gauche, dit autrement. Même si elle n’apparaît pas comme la plus probable, l’hypothèse que, dans cette période politique illisible et largement imprévisible, la droite reprenne une circonscription que François de Rugy et votre serviteur lui avaient arrachée au lendemain de l’élection de Sarkozy ne peut être écartée. Et ça, jamais ! D’abord parce qu’au plan national, je souhaite le succès du quinquennat Macron et que ce n’est pas avec une cohabitation et une majorité LR à l’Assemblée que ce sera possible. Ensuite parce qu’au plan local, tout doit être fait pour favoriser la poursuite de la mise en œuvre du projet nantais autour de Johanna Rolland : un député de droite Sarko-filloniste à Nantes Nord et en-deçà ne correspond pas à ce dessein que je crois d’intérêt général.

Dessin de Xavier Gorce
« Les indégivrables » www.lemonde.fr 02-06-2017

Je voterai donc dès dimanche prochain pour celui qui paraît le plus probablement en mesure de garder la circonscription (au moins un peu) à gauche, à savoir François de Rugy. Quel que soit le trouble que ses choix, revirements ou reniements récents ont pu créer, je ne vois pas comment je pourrais affirmer qu’il est moins de gauche aujourd’hui qu’hier. Il ne l’a d’ailleurs jamais été que modérément, ce qui est un profil opportun dans cette circonscription, hier comme aujourd’hui ! Laissons lui le crédit de valeurs de progrès et de justice à défaut de pouvoir saluer son appétence marquée pour les questions sociales ! Je suis d’ailleurs presque plus surpris par l’effacement des références à l’écologie politique dans sa campagne. De gauche, peut-être encore un peu, écologiste, apparemment de moins à moins ! J’ai déjà souligné sa loyauté à la majorité de François Hollande. J’ajouterai qu’il a toujours agi dans le sens de l’union entre socialistes et écologistes y compris en dénonçant jusqu’à le quitter la dérive gauchiste de son parti, jouant le jeu de la primaire de la gauche jusqu’à ce qu’il comprenne que son vainqueur ne nous mènerait qu’à l’impasse et l’échec. La conclusion qu’il en a tirée est certes moralement condamnable, mais elle est politiquement lucide…outre qu’elle ne peut nuire à sa trajectoire personnelle, dont il est le premier à reconnaître qu’elle ne lui est pas indifférente !

Mon choix sera donc de lucidité et de responsabilité, au regard de l’offre surabondante qui nous est proposée. Sans enthousiasme ? Je le concède volontiers. J’en profite pour présenter nos plus plates excuses à toutes celles et tous ceux qui auraient souhaité pouvoir mettre un bulletin socialiste dans l’urne et qui me le font savoir parfois véhémentement ! Au nom de mon parti et en mon nom propre. Voilà, c’est dit.

Tags: , , , , ,

Leave a Reply