De la démocratie et de son respect…

1. La primaire de la gauche a donné un résultat dont personne ne conteste les effets : Benoît Hamon est mon candidat comme il est le candidat de toutes celles et tous ceux qui ont participé à ce processus. J’ai présidé un bureau de vote, ça vaut participation, non ? François de Rugy s’est présenté, lui, mais il semble hésiter sur les conclusions à en tirer. Il faut dire qu’il était venu là par conviction unitaire (j’en témoigne), et par intérêt personnel (j’en témoigne aussi). Sur l’unité, il est pris à contre-pied puisque ses anciens copains d’EELV qui maudissaient les Socialistes, trouvent que Hamon est finalement fréquentable, surtout quand Jadot ne réussit pas à avoir ses 500 signatures, effets co-latéral de la stratégie d’isolement plébiscitée par les militants écolos. Ça va être chaud sur la 1ère circo de Loire-Atlantique, je vous le dis ! Mais j’y reviendrai une autre fois…

Dessin de FRAP
http://frap-dessins.blogspot.fr/

Mais, normalement, se présenter à un processus électoral vaut acceptation de son résultat. François a même dû signer un papelard dans ce sens. Certes, on peut comprendre que voir Hamon causer d’abord écologie (et circonscriptions…) avec Jadot et pas avec lui qui a pourtant réuni presque 4 fois plus de suffrages que le putatif candidat EELV, il y a de quoi se sentir libéré de sa parole. Or, François, et c’était écrit dès le soir du 29 janvier, semble plus près de rallier Macron que de distribuer les tracts de Benoît.

Donc, de mon modeste point de vue de président de bureau de vote, je suis sommé, statuts du Parti brandis, de respecter le résultat d’une primaire sur lequel s’apprête à s’assoir un de ses participants. Sans doute trouve-t-il qu’un pourcentage de participation de 4,48 %, ce qui fait 1181000 voix pour le vainqueur, ce n’est pas assez. Mais c’est trop pour l’ignorer, non ?

2. Il y a quelques mois, une consultation d’un nouveau genre était organisée à la demande du Président de la République pour demander aux gens principalement concernés s’ils approuvaient le transfert de l’aéroport de Nantes. Avec 550 000 votants sur 975 000 inscrits, soit une participation unanimement considérée comme forte à 55 %, le résultat de cette consultation a été reconnu (même avec atermoiements et intensité divers) par François de Rugy, par Emmanuel Macron, mais pas par Benoît Hamon ! Moi qui suis socialiste encarté depuis plus de 30 ans, Président d’un bureau de vote de la primaire (on le saura!), fortement engagé dans la campagne du OUI à la consultation sur l’A.G.O conformément à une majorité écrasante de son parti, je choisis comment entre une consultation à 4,48 %, et une autre à 55 % , aucune des deux n’ayant de conséquence légale ? Quelqu’un a de l’aspirine ?

3. Depuis 5 ans, je bataille contre les « frondeurs », les « mélenchonistes de l’intérieur du P.S » et autre « crypto-gauchistes » (quand le sens de la nuance me prend !). Je les accuse d’avoir contribué à pourrir le quinquennat de François Hollande, et d’avoir manqué à la plus élémentaire des loyautés et des solidarités à l’égard de leur candidat élu, de leur gouvernement et de la majorité parlementaire à laquelle ils appartenaient. Alors qu’ils doivent leur siège de député à sa victoire et à sa capacité de rassemblement, je considère que leurs attaques et votes de censure ont fait croire à l’existence d’une offre politique illusoire, voir mensongère, contribuant largement à la défiance de la population à l’égard de l’exécutif. Nonobstant, et quels que soient les inconvénients évidents de cette absence de clarification, je n’ai jamais souhaité que ces camarades quittent le P.S. Je crois en effet que c’est son premier intérêt que de réunir au sein d’une même formation ces deux « gauches irréconciliables », selon la formule auto-destructrice de Manuel Valls. Or il ne m’a pas échappé que la majorité des électeurs de la primaire a désigné l’un d’entre eux. Ses soutiens initiaux et minoritaires au P.S ne manquent pas de me brandir statuts et principes pour m’inviter à la discipline. Les arrosés arroseurs, en quelque sorte !

Conclusion : décidément, si les règles et les statuts sont nécessaires au fonctionnement d’une formation politique, ils ne suffisent pas à faire de la politique, puisqu’ils permettent de dire et faire tout et son contraire selon les moments et les sujets ! Je vais donc rester sur mon quant-à-soi et fidèle à ma posture, à mon repère : être plus discipliné qu’un frondeur sous le quinquennat Hollande. Ça me laisse de la marge…

Tags: , , , , , , , , ,

One Response to “De la démocratie et de son respect…”

  1. Sophie dit :

    Cher Pascal,

    La lecture de ton dernier billet m’a un peu surprise et m’a amenée à me poser quelques questions. C’est pourquoi j’ai décidé de te soumettre mon modeste point de vue de militante bénévole ayant participé aux primaires (comme toi, j’ai donné un coup de main) et à la campagne municipale de Johanna Rolland.

    1°) Je n’ai pas compris l’enjeu de ton premier développement. Je n’ai peut-être pas les capacités intellectuelles, mais deux lectures de ce passage m’ont amenées à deux conclusions différentes : a) tu critiques de Rugy de ne pas respecter son engagement à soutenir le vainqueur des Primaires. b) tu légitimes son choix de ne pas respecter ce résultat par le fait que Benoît Hamon va d’abord discuter avec EELV une alliance. Mais il me semble que son engagement dans le processus des primaires, engagement qui a contribué à accroître sa notoriété, était une déclaration d’alliance. Quel intérêt alors à négocier une alliance déjà négociée (circo gelée pour lui) ?

    2°) Sur la légitimité d’un référendum… là, je trouve que tu mets le doigt sur un vrai problème politique français. En effet, la valeur du choix sortie des référendums a été grandement remise en cause depuis le choix de Sarkozy de faire passer le TCE par voie parlementaire au détriment des résultats de 2005. Je pense d’ailleurs que c’est un des grands angles morts (au niveau exécutif, législatif, médiatique et militant) de ne pas avoir reposé cette problématique au cours de ce quinquennat. Par contre, j’ai quelques nuances à apporter sur ton analyse des positionnements des différents acteurs-actrices politiques. A) Il m’a semblé que François de Rugy avait appelé à une réorganisation du vote, ce qui est une certaine remise en cause. B) Pour Macron, si je n’ai toujours pas compris sa position, c’est qu’elle change en fonction des personnes qui lui font face. C). Il n’y a pas que des frondeurs qui ont exprimé cette position, à moins que Ségolène Royal soit une frondeuse (on m’aurait menti ?).

    3°) Là encore je n’ai pas vraiment compris où tu voulais en venir. J’avoue ne pas encore parler le BOLO couramment !
    a) Je n’ai pas compris le lien de causalité que tu pauses entre les positions des frondeurs, l’existence « d’une offre politique illusoire » et la défiance vis-à-vis du gouvernement. D’une part je crois que c’est la présence « de cette offre politique illusoire » qui me perturbe. D’autre part, le lien de causalité unilatéral me gêne. En effet, si je ne veux pas rejeter tout ce quinquennat, il me semble que des choix faits par l’exécutif ont contribué grandement à détériorer le climat (ex : Déchéance de nationalité et loi Travail) et l’opinion car ils étaient assez transgressifs vis-à-vis des valeurs de gauche.
    b) Sur la question de la discipline… Que tu sois déçu parce que ton candidat n’a pas gagné, que tu ne te sentes pas de faire campagne et que tu critiques la nouvelle équipe ça peut se comprendre. Par contre que des élu-es sous étiquette PS décident de soutenir un autre candidat, c’est autre chose. D’autant plus que les fameux frondeurs ou autres appellations de ton choix, j’en ai vu faire la campagne pour des personnes appartenant à la majorité présidentielle malgré leurs critiques vis-à-vis du gouvernement.
    c) Pour ton sens de la nuance légendaire… 😉 Perso, je suis toujours à la recherche de nouveaux termes, je te remercie de contribuer au développement de mon vocabulaire. Par contre, j’ai arrêté de pratiquer ce genre d’expression car je me suis rendue compte qu’au lieu de toucher nos « concurrents » on pouvait blesser des militants bénévoles qui avaient autant de valeur et d’intégrité que nous.
    En tout cas, je serai très contente que tu me traites de crypto-gauchiste autour d’un pot après une opération tous et toutes sur le pont ! 😉

Leave a Reply