Mon goût ? On s’en fout ! (I)

Oh misère ! En pleine déprime hivernale, alors que les luminothérapeutes font leur beurre, je cherche la lumière dans la primaire de la gauche… « Elle est où, la lumière elle est où ? » Pas gagné…

Tout ce qui s’est passé de majeur en politique dans ce bas monde depuis quelques mois relevait de l’impossible quelques semaines avant de se produire : la Brexit, Trump, le facho autrichien à 47%, la désignation de Fillon, le renoncement de Hollande…

Alors pourquoi que François il reviendrait pas ? Hein ?

Franchement, ce n’est pas pour me vanter mais jusqu’ici, j’ai eu raison. Raison de le soutenir avant même 2011 : il a gagné. Raison de refuser d’analyser son quinquennat comme un échec : son bilan sera célébré dans 10 ans comme un truc génial par ceux-là même qui vilipenderont le social-traitre téméraire qui aura gagné une élection prochaine. Et déjà, l’amélioration de la situation économique et sociale ne peut plus être niée par personne. Raison de considérer que son renoncement ne résoud rien : de Noblecourt à Legrand, on nous explique que la bulle Macron ne se décidant pas à péter, le forfait du candidat de la Belle Alliance Populaire de Cambadélis (qui sont les andouilles qui ont pondu un truc pareil ?) n’est qu’une question de temps.

frap7janv1-webDonc, mon plan A à moi, c’est que constatant que décidément, sans lui, c’est le bazar, François revient, les autres comprennent enfin qui c’est Raoul et hop ! On renvoie Fillon à Sablé et Le Pen chez son père. « C’est pas possible ! » me répond l’écho. Ok, c’est à l’évidence improbable. Alors, je garde cet espoir dans un coin de la tête et je passe au plan B.

Examinons les hypothèses.

D’abord Macron. Bulle ou pas bulle, la dynamique est évidente. On serait bien inspiré de ne point la considérer avec condescendance. Outre le nombre de spectateurs de ses meetings (même en enlevant les touristes, ça fait du monde), je suis frappé de la diversité de ses composantes. Que des gens le soutiennent parce que Valls serait trop à droite (y en a !) laisse songeur. Que des militants issus des quartiers populaires soient séduits par cette dynamique, alors que le gus sait à peine que la politique de la ville existe et que la pauvreté et la précarité sont pour lui des données macro-financières, ça en dit long sur l’épaisseur du brouillard qui nous entoure. Il y a un engouement Macron qui n’est pas sans rappeler l’engouement Royal en 2006. Avec des différences, mais avec en commun cette recherche « d’autre chose ». Reconnaissons qu’il a préempté la modernité sociale-libérale, « cornérisant » le pauvre Manuel débordé sur sa droite. Macron m’apparaît donc comme le candidat des gens de gauche (et pas que), qui veulent renverser la table, mais qui trouvent que Le Pen et Mélenchon sentent le pâté à l’ail, ce qui est exact par ailleurs.

Sauf que, quelle qu’en soit l’incarnation, le renversement de la table ne construit rien. Sauf que les hommes providentiels, c’est pas mon truc. Même si la Présidentielle, sous notre République 5ème du nom, c’est la rencontre d’un homme et d’un pays, il faut s’appeler De Gaulle ou bénéficier d’un heureux concours de circonstance comme Giscard, pour échapper à la règle qui veut que, sans un parti politique puissant derrière, on ne gagne pas une présidentielle. L’aventure individuelle peut certes devenir collective. Que Noblecourt et Legrand aient raison et que le candidat issu du 29 janvier se casse la figure, et les socialistes se retrouveront derrière Macron à l’insu de leur plein gré lui offrant la structure politique qui lui manque. Finalement, ce scénario donne raison à Martine Aubry en pire : tout ce que les frondeurs auraient gagné à pourrir le quinquennat Hollande non pour ce qu’il aura fait, pas fait, mal fait (on trouve toujours!) mais parce que c’était leur seul objectif dès son élection, c’est de mettre Macron (et même pas Valls!) sur orbite. Faut-il pleurer, faut-il en rire ?

En attendant ce scénario possible, je persiste à dire que la démocratie sans partis politiques, ce n’est pas la démocratie. Ou pas longtemps.

Le P.S d’Epinay est vieilli, usé, fatigué ? Certes.

Son appareil est à bout de souffle, squatté par des Fabien Verdier hallucinant de suffisance et d’insuffisances ? J’admets.

Il n’a pas été capable de bosser suffisamment quand il était dans l’opposition et se retrouve à poil sur le plan idéologique pire que beaucoup de ses homologues européens dans une social-démocratie en crise ? Je souscris.

Mais je constate que depuis plus de 100 ans, on l’a enterrée bien des fois et qu’elle est toujours là, la vieille maison… Toutes les tentatives de la remplacer ex-nihilo se sont soldées par des échecs, l’extrême-gauche souffrant de maladies infantiles nommées scission et syndrome groupusculaire dont elle est inguérissable et qui flinguent immanquablement toutes les tentatives de rénovation. Nuit Debout est le dernier avatar connu… Qui peut un jour représenter un espoir pour les progressistes de confronter leurs rêves à la réalité par l’exercice des responsabilités gouvernementales, dans un cadre démocratique ? La social-démocratie… Le Parti Socialiste, seul capable de former un axe majoritaire fédérant la diversité de la gauche.

Il y aura toujours des gens pensant que la coopération est plus efficace que la compétition, que la solidarité organisée collectivement vaut mieux que la charité individuelle, que les inégalités ne sont une fatalité ni humaine ni divine, que notre destin individuel et collectif n’est pas écrit, que la fraternité et la bienveillance sont mieux porteuses d’avenir que la ségrégation et la méfiance, que le progrès et le mouvement mènent plus loin que le conservatisme et le regret « d’avant ». Bref, il y aura toujours une différence entre la droite et la gauche.

Donc, Macron, pour moi, aujourd’hui, c’est non.

Donc, il faut que la primaire des 22 et 29 janvier soit un succès de participation pour porter le candidat qui en sera issu, si on veut gagner la présidentielle (yes, we can !), et nous avons le devoir de la gagner.

Donc il faut se bouger pour convaincre que là est la bonne méthode.

Donc il faut choisir un candidat.

François Hollande ? « On t’a dit non ! » répond l’écho.

Et merde…

(à suivre)

Tags: , , , , , , ,

One Response to “Mon goût ? On s’en fout ! (I)”

  1. Bouthegmes dit :

    Jamais connu pareille situation, Valls en est responsable.
    Il n’y pas eu suffisamment de communication tout au long de ce quinquennat de nombreuses promesses ont été réalisées et tout n’est pas négatif. FH aurait pu se représenter malheureusement il a été découragé par ses collaborateurs, ses soit disant amis et son premier ministre trop pressé de prendre la place. Médias et sondeurs l’ont achevé. Bonne analyse Pascal sauf que tu accuses les frondeurs, ces derniers étaient opposés à la brutalité de Valls et son 49.3. Sa stigmatisation des musulmans a éloigné de lui définitivement cet électorat. Valls jamais ! Combien même il serait désigné.

Leave a Reply