Vous avez dit « référendum » ?

Évidemment, pour quiconque a suivi depuis le début le projet de transfert de l’aéroport de Nantes, l’idée qu’il faille un référendum local pour le légitimer a de quoi énerver. Moi-même, pour tout dire, l’évocation de cette éventualité avait le don de me mettre en pétard.
Mais je crains malheureusement que la seule alternative à cette consultation ait été le renoncement de l’État à ce projet d’utilité publique, renoncement certes catastrophique pour notre territoire, mais aussi pour tous les grands projets d’infrastructure jugés inutiles par les partisans assumés ou non de la décroissance. Là aussi, les « cryptos » ne sont pas les moins dangereux…
Forcément, quand on entend que « le débat n’a pas eu lieu », il y a de quoi se mettre en rogne ! Assurément, quand on entend parler d’ « alternatives insuffisamment étudiées », on peut être à deux doigts de s’agacer : le Conseil général avait été jusqu’à payer une étude qui avait montré l’inanité de l’idée de réorientation des pistes de Nantes Atlantique, dont le seul intérêt était la reconnaissance de facto par ses porteurs que le survol du centre de Nantes pouvait être un problème !
Et pourtant, deux ou trois choses me font dire qu’une relégitimation est peut-être incontournable, si on souhaite que le transfert se réalise, naturellement.
Il y a quelques semaines, j’ai du répondre aux sollicitations de la presse locale en raison d’une pétition sur internet signée par plus de 5000 personnes contre l’abattage (nécessaire) d’une poignée d’arbres dans le quartier du Bout des Landes. L’initiatrice de la protestation était filmée dans le cadre exceptionnellement arboré (et qui le restera !) de ce quartier bénéficiaire d’une rénovation urbaine… Surréaliste ! On avait signé de la péninsule arabique ou d’Argentine pour dénoncer les affreux bétonneurs arboricides que nous sommes… Cet exemple montre qu’une question locale, exportée par la toile forcément mondiale, peut revenir sur son territoire d’origine comme un boomerang chargé au passage de fantasmes et d’irrationalité, pour peu qu’elle rencontre les peurs du moment.
L’Aéroport du Grand Ouest, c’est un peu pareil. L’opinion largement favorable à son transfert s’est retrouvée tétanisée par l’effet retour d’une communication redoutablement efficace des opposants qui a flatté les peurs et la sensibilité de personnes qui, ne connaissant rien ni de Nantes, ni de l’ouest, ni du projet, se sont forgé une opinion sans aucun des éléments qui peuvent fonder un jugement. « Nantes n’a pas besoin d’un nouvel aéroport » ai-je pu lire un jour de la part d’un internaute du Cantal ou de Haute-Savoie, je ne sais plus. Cette affirmation péremptoire que rien n’étaye, née à l’extérieur du territoire est revenue à l’intérieur, rencontrer la tentation de la pause que nous connaissons bien, créant le doute, y compris sur le fait que l’A.G.O serait un aéroport de plus, ce dont il n’a jamais été question.
Les opposants ont aussi joué à merveille de la défiance envers les « élites » , la « classe politique » et les institutions. Bien fait pour elles, elles l’ont bien cherché me direz-vous. D’accord, mais après ? Le concept d’Ayraultport est à cet égard un coup de com’ génial. Mensonger mais génial car il a fait mouche. Ce n’est pas parce qu’on l’a surnommé il y a longtemps le Kennedy de l’ouest, que Jean-Marc rêve de laisser son nom à l’aéroport de Nantes. Pas de JMA à Nantes comme JFK à New York, n’en déplaise à ce taquin de FRAP !

Néant

Dessin rigolo mais pas sérieux !

Quiconque connaît un tant soit peu le nouvel occupant du Quai d’Orsay sait que ce genre de mégalomanie lui est complètement étrangère. Pour le grand musée d’art de Nantes ou le projet Île de Nantes, je ne dis pas, mais pour un aéroport, ça non ! Mais des gens y ont cru, loin d’ici, puis ici, au nom de la certitude ancrée par tous les populismes que les élus pensent d’abord à eux et que leur ego est plus grand que leur sens de l’intérêt général. Je sais, y en a…
Dans la même veine, une réflexion entendue dans un repas de famille me pousse aussi à me résigner à cette consultation référendaire aux contours juridiques encore un peu flous : « Je fais plus confiance à un pilote qu’à un politicien ». Cette comparaison surprenante fait référence à ces quelques pilotes qui nous expliquent que Nantes Atlantique est très bien comme ça (et plus près de chez eux, disent les mauvaises langues !). J’ignorais jusqu’ici qu’une licence de pilote, qui atteste de la maîtrise du maniement, décollage, vol, navigation et atterrissage des aéronefs donnait la moindre expertise en aménagement du territoire, en développement économique ou même en économie du transport aérien mondial. J’ai le permis de conduire une voiture, mais ça ne me donne pas la compétence pour juger, par exemple, des effets de la construction d’une rocade sur l’étalement urbain, d’un parking-relai sur le report modal, ou des évolutions possibles du marché automobile mondial. Cela, je l’ai appris ou l’apprendrai en écoutant les gens dont c’est le métier d’étudier ces choses. Leurs débats contradictoires éclaireront mon jugement. Je serais professionnel, taxi ou pilote de course, que ce serait la même chose. Mais voilà, pour quelqu’un qui prend l’avion, et bien que l’immense majorité des accidents aient une défaillance humaine pour cause principale (sans même aller jusqu’à la Germanwings…), le pilote est l’image rassurante par excellence et les dégâts faits dans l’opinion par ces interventions faussement expertes sont considérables. Et c’est l’essentiel du point de vue des opposants.
C’est l’essentiel parce que vu du gouvernement ou de l’Elysée, c’est l’opinion nationale qu’on scrute. Ils ne sont pas fous ni idiots, à Paris. Ils savent bien que si tous les élus sauf les écolos, les fachos et quelques centros sont d’accord pour dire que ce projet est plus qu’utile, pour le confirmer année après année, et être élus ou réélus sans coup férir, même et surtout quand médias et écolos s’accordent pour faire de Notre Dame des Landes l’enjeu central de toute élection, c’est qu’il y a quelques chances qu’ils aient raison !
Seulement, en dehors des interférences Ségoléniennes (cf. mon billet précédent sur la responsabilité de l’offre en politique…), il y a le drame de Sivens qui hante tous les responsables et qui est instrumentalisé de manière éhontée, scandaleuse, par un Mathieu Orphelin. Il y a la petite musique persistante sur l’illégitimité de l’investissement public entretenue par des gouffres financiers genre EPR. Cela n’a absolument rien à voir mais ça donne apparence de légitimité aux concours de pronostics sur les dérapages du « coût réel » de l’AGO. Il y a le relais naturel de médias nationaux (France-Inter, le Monde un peu moins depuis le départ de Kempf) initialement trop négligés par des porteurs du projets trop sûrs de leur bon droit. Tout cela fait qu’aujourd’hui, quand un Manuel Valls se retourne pour voir qui est prêt à le soutenir dans sa détermination à faire respecter les décisions démocratiques, les décisions judiciaires, l’état de droit et l’autorité de l’état, la vérité est qu’il ne trouve pas grand monde en dehors des élus du cru. Se débarrasser du caillou dans la godasse est une tentation largement partagée et tant pis pour l’Ouest et son développement.
Voilà pourquoi une consultation à l’échelle départementale est aujourd’hui probablement le meilleur et paradoxal moyen d’en finir avec cette incertitude en espérant que ce soit une bonne fois pour toute. Avec Stuttgart et sa gare en référence.
Pourquoi départementale ? Parce qu’à cette échelle, on a moins de risque de voir prendre des arguments irrationnels et mensongers qui prospèrent par leur dilution dans le temps et l’espace (voir plus haut). On a aussi plus de chance de répondre à la question posée et pas à une autre. Plus de chances de voir prises en compte équitablement des réalités comme le survol de l’agglomération, l’exaspération des trop nombreux riverains de Nantes Atlantique, la saturation de l’aérogare actuelle, et la qualité environnementale et énergétique du projet. On va enfin pouvoir reparler de faits vérifiables et revenir à l’essentiel de la réalité du projet !
L’idée de la zone de chalandise se heurte à la définition d’un périmètre de consultation qui ne recouperait aucune limite administrative existante. Celle des collectivités participant au financement (Régions Bretagne et Pays de la Loire), au niveau dudit financement qui reste marginal (là encore, les fantasmes et la réalité…), et à une étendue qui va trop au-delà de la zone de chalandise, notamment vers le Finistère Nord où l’aéroport de Brest restera un élément essentiel du maillage aéroportuaire de l’ouest.
Le département reste donc le territoire de consultation à le fois le plus adéquat et le plus légitime.
De la même manière qu’on ne va pas continuer les débats jusqu’à ce qu’ils veuillent bien accoucher de la décision souhaitée par les minorités agissantes, on ne va pas étendre le périmètre de consultation jusqu’à faire décider de l’avenir de notre territoire par les argentins ou émiratis qui signent les pétitions contre l’abattage des arbres malades au Bout des Landes…
Votez oui au transfert de l’aéroport de Nantes de Nantes Atlantique à Notre Dame des landes, futur Aéroport du Grand Ouest !

Tags: , , , , ,

19 Responses to “Vous avez dit « référendum » ?”

  1. Cher Pascal Bolo,
    Merci pour ce texte où tu exposes ton point de vue.
    Tu oublies parmi les personnes qui émettent des doutes quant à la légitimité d’un transfert de l’aéroport les suivantes (mais il est vrai qu’elles ont le tort de ne pas habiter la Loire-Atlantique)
    – Jean-Marie Pelt qui nous a quittés il y a peu et dont on disait, jusqu’à l’Elysée, qu’il avait su anticiper l’évolution du monde avec beaucoup de clairvoyance
    http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/le-biologiste-jean-marie-pelt-contre-nddl-3607755
    – Hubert Reeves de passage il y a peu et que l’on ne présente plus
    http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-hubert-reeves-a-la-folle-journee-je-suis-contre-laeroport-nddl-04-02-2016-183529
    – Jean Jouzel, éminent climatologue et Prix Nobel, qui vient de recevoir la médaille du département d’Ile et Vilaine et qui n’a pas manqué de rappeler son opposition au projet pendant la cérémonie…
    Enfin, puisque tu parles de repas de familles conviviaux où des propos abracadabrants sont échangés au sujet de #NDDL, je te laisse lire cet échange qui donne un éclairage particulier au cambriolage en 2.013 des bureaux du bureau d’étude ayant rendu ses conclusions quant à l’impact environnemental. Aurais-tu, d’ailleurs, des informations sur l’enquête ?
    https://www.facebook.com/notes/philippe-guih%C3%A9neuf/nddl-non-tous-les-moyens-ne-sont-pas-bons/896859333716877
    Amitiés,
    Philippe Guihéneuf
    PS: rajoutons l’ex conseiller spécial du Président de la République à la liste des personnes qui ont un avis différent que le tien sur le sujet et qui, malheureusement pour elles ont le défaut ultime de ne pas habiter dans le 44, défaut ultime et rédhibitoire

  2. Milpied Maurice dit :

    Tout a fait d’accord….;

    Oui à l’aéroport de Notre Dame des Landes et la consultation au niveau départemental

    Milpied

  3. MOUNIER dit :

    Ouais ! Enfin ! BOLO ! On voit bien que vous vous en tapez complètement vous des questions environnementales !
    La est L’EPINE principale de ce projet !!!! On fait n’importe quoi : Construire un aéroport sur UNE ZONE HUMIDE A 98% (!!!) ET SUR LA LIGNE DE PARTAGE DE 2 BASSINS VERSANTS !!!!!? Alors qu’on en train de réaliser une loi sur la BIODIVERSITE au Parlement !!!!!

    Vous marchez avec quoi ??

    De 3 choses l’une je pense ! Soit vous n’y connaissez rien, mais vous vous exprimez quand même parce que vus avez la fonction que vous avez (ce qui est votre droit), soit vous êtes FOU ou vous êtes CYNIQUE et avez décider volontairement de vous voiler la face sur cet aspect du projet ! C’est encore cette 3ème version qui m’inquiète le plus vous voyez …parce que je devine alors que vous n’êtes pas le seul personnage public à avoir cette posture

    Je vous le dis en passant : j’ai toujours voté PS !!!! Je ne reconnais plus ce parti et ses mensonges, notamment sur ce projet !!!! Les 911 millions de bénéfice pour la société avec NDDL hein ? Ca commence à bien se diffuser cette histoire …et cette difficulté incroyable pour obtenir les documents de la part de la DGAC !!!

    Christophe

  4. pascal dit :

    Il suffit de considérer l’environnement du périmètre de la Z.A.D pour savoir ce que serait devenu cette merveille d’humidité sans le projet d’aéroport qui a permis de la préserver miraculeusement de la spéculation foncière sur des terres agricoles de très mauvaise qualité. le lac de Grandlieu est quand même beaucoup plus intéressant, puisque vous choisissez visiblement d’ignorer 42000 personnes…Le coup du « château d’eau » de la Loire-Atlantique sur la « ligne de partage » est bidon, je vous l’affirme. Ce qui ne l’est pas, c’est le plus grand PPEAN de France du sud de la zone jusqu’à l’agglo nantaise qui est une mesure de protection sans précédent des espaces naturels et agricoles, sans parler des mesures compensatoires prévue par la loi et respectée par le projet… Je vois bien votre sincérité, mais franchement les manipulations ne sont pas là où vous croyez les déceler…

  5. pascal dit :

    Cher Philippe, ne pas habiter notre beau département n’est pas une tare ! Vouloir déterminer de sa fenêtre, même scientifique, l’avenir de notre territoire à la place de ses habitants, c’est plus ennuyeux… Jean-Marie aimait les plantes, Hubert les étoiles, et Jean le climat. Moi j’aime tout cela mais aussi tous les gens qui veulent se déplacer autour de notre belle planète, qui en sont citoyens, et qui concourent à l’augmentation continue du trafic aérien, très minoritaire dans la production de gaz à effet de serre. Remplacer un aéroport mal foutu, mal placé, énergivore, par un nouveau adapté et bien conçu, énergétiquement performant ne changera rien à l’augmentation du trafic aérien et sera un bienfait pour tout l’ouest. Là est le seul enjeu. Le reste, c’est de la littérature

  6. Philippe Guihéneuf dit :

    Mon cher Pascal,
    Merci pour la publication des commentaires et pour tes réponses. J’ai bien lu celle que tu m’as faite. Elle m’interpelle. Si je te comprends bien, quand des scientifiques de renommée internationale parlent, c’est de la littérature, quand un écrivain -de talent certes- le fait et que tu le reprends régulièrement, c’est de la science, parce qu’il est nantais?
    N’as tu pas l’impression de tordre les faits?
    Bonne journée et au plaisir de te revoir,
    Philippe G

  7. Adrien Weben dit :

    Ce que j’aime bien dans ce billet, c’est qu’on parle beaucoup d’économie productive et de développement. Mais pas d’économie de l’écologie (si je puis m’exprimer ainsi).
    Apparemment, une décision prise il y a longtemps ne peut pas être soumise à obsolescence ? :

    – Ce projet est il toujours aussi rentable quand la COP 21 insiste sur la nécessiter de laisser les hydrocarbures (sans lequel les avions ne fonctionnent plus, sauf si on passe à des avions type solar impuls mais c’est pas pour demain à priori.) sous terre ?

    – Est il toujours aussi pertinent quand on m’apprend (et pour le coup, je ne suis pas un pilote de ligne) qu’il faut éviter l’étalement urbain, la dépendance à la voiture, favoriser les courtes distances etc. et que cet aéroport sera connecté par une belle 2×2 voies ? « Mais monseigneur, c’est une gentille route qui ne pollue pas vu que c’est une route sur le concept de « route apaisée » « . (si j’ai tout compris). Apaisement qui permettrait la desserte locale.
    Très bien mais du coup, ça facilite le développement des petits villages du coin non ? Et donc l’étalement urbain (territoire plus attractif pour se loger mais toujours tributaire de la métropole ? Ou ses villages périphériques se sentent de devenir de nouveaux centres d’activités (mais du coup, ça renforce encore plus l’étalement urbain) ? Ou alors les documents d’urbanisme l’ont anticipé pour éviter la construction dans ces coins agricoles ? Mais dans ce cas on ne fait une route qu’à destination des clients de l’aéroport ? Quel intérêt purement local alors ? Les Ligériens seront ils invités à utiliser cet aéroport comme ils prendraient le bus ? Mais ça n’est pas du tout en accord avec l’idée de la consommation raisonnée de l’énergie ça.

    – Quant à l’échelle du referendum, un aéroport, il me semble que ce n’est pas « un équipement local » Mais bien un équipe de rayonnement national (voire international, vivons pour la grandeur de notre région). Pourquoi se restreindre à l’échelle Départemental quand il est supposé être central et autant à destination des nantais que des rennais ?
    De plus, la question de l’environnement (dont on ne parle pas du tout dans ce billet) est bien globale. Les français ont le droit de signer des pétitions contre la déforestation en Amazonie et les brésiliens n’auraient pas le droit de signer des pétitions contre un aéroport ? Ce n’est certes pas la même échelle mais elles ont deux points communs : Contester la dégradation de l’environnement au profit du « développement ».
    De plus, je suis Nantais, mais je suis actuellement expatrié au Japon. Je n’aurais pas mon mot à dire pendant ce referendum alors que je serai amener à retourner sur ce territoire ? Les populations étant de plus en plus mobile pour répondre à la demande du marché de l’emploi, pourquoi choisir l’échelle départementale ?

    Face au changement climatique, tout le monde clame qu’il faut changer nos comportements. Ne pas construire cet aéroport ne serait il pas un premier pas dans ce sens ?

    Surement que je me trompe d’angle d’approche sur la question de l’aéroport, surement que si je fouillais tout les documents du dossier je trouverai des réponses (bonnes ou mauvaises) mais je ne suis pas un expert et comme le dit justement l’auteur « quand je ne suis pas expert je demande conseil et écoute ». Alors je demande et j’écoute les réponses des élus de « ma » commune sur ces questions.

  8. MOUNIER dit :

    Je connais le dossier Mr BOLO, très certainement autant que vous : puisque vous choisissez visiblement d’ignorer 42000 personnes ??? : 42000 pour 110.000 mouvements dont nous sommes bien loin ! Nous en sommes à 52.000 sans évolution notoire depuis le début des années 2000 !
    CESSEZ VOS TROMPERIES sur bien d’autres points également s’agissant de ce dossier / Ca ne vous honore pas car des citoyens connaissent ce dossier et savent les biaiseries !

    Concernant la « ligne de partage » , VOUS MENTEZ ou n’êtes PAS INFORME !
    Je ne parle pas de « château d’eau » moi, mais de LIGNE DE PARTAGE, ne mélangez pas !!!

  9. MOUNIER dit :

    Et puis au fait (je vous laisse ensuite car vous avez probablement bien d’autre chose à faire¨¨) les 911 millions d’avantage pour la société / vous m’avez pas répondu ? Vous y comprenez quelque chose vous ? Personne n’explique rien OU ne veut surtout pas y répondre après avoir mis des mois et des mois (la DCAG) avant de retourner des documents …qui n’xpliquent toujours pas ces chiffres !!!!! Alors, alors ? Hein ?

  10. Henrich dit :

    Cher Pascal,
    Cet aéroport « mal foutu, mal situé et énergivore » a tout de même été élu « meilleur aéroport européen » en 2014. Je sais qu’à tes yeux, qui sont ces professionnels du transport aérien pour juger de la qualité de Nantes Atlantique ? Pas un n’habite Nantes. Pas plus que François Bacchetta, directeur général France d’Easyjet (2ème compagnie de NTA) n’a de légitimité pour juger que Nantes Atlantique est « très bien positionné et remarquablement connecté ». Lui non plus n’habite pas Nantes. Le conseil général a payé une étude montrant l’inanité d’une optimisation de Nantes Atlantique. Etude largement diffusée et relayée pour promouvoir le projet de transfert. Le préfet de région (habite-il Nantes?) commande une étude postérieure qui tend à prouver le contraire ? Celle-ci est passée sous silence, enterrée. Pourquoi ??? Je ne peux pas imaginer qu’on ait pu vouloir volontairement soustraire à l’appréciation du public les résultats de cette étude. Il serait donc utile dans l’intérêt général de rendre publics au plus vite les résultats de cette étude, mais aussi de trouver la bonne explication à cet « oubli »sous peine de donner un peu plus d’épaisseur à la thèse d’études orientées pour, coûte que coûte, faire passer le projet. Je crois le public assez mûr pour entendre la vérité, y compris la réalité des clauses de dédit imprudemment acceptées et signées par F. Fillon. Ces sommes exorbitantes, ne peuvent en aucun cas devenir un argument pour faire passer le projet comme on l’entend ici et là (« Renoncer coûterait aussi cher que le construire »). Il faut en finir avec ces idées fausses, ces arguments biaisés et ce manque de clarté et de transparence qui caractérise ce dossier depuis son origine. Enfin, les conditions d’un référendum limité à la seule Loire Atlantique revient à ne finalement à faire voter contre Nantes Atlantique plus que pour un nouvel aéroport. Ne pas donner la parole aux vendéens et aux bretons, qui nous sont présentés comme les futurs passagers sensés assurer le succès de l’AGO. Tout cela devient ubuesque. On ne peut plus faire l’économie d’une remise à plat complète. Dans une complète transparence.

  11. MOUNIER dit :

    Bon !!!! D’aucuns m’ont dit finalement que vous étiez un bon apparatchik du PS !!!! Et que ce dit/fait le PS est bon/bien pour BOLO !
    Dans ce cas ! ¨¨ Au plaisir de vous croiser pour causer diplomatiquement de vive voix de ce sujet alors ! Vous aurez du mal à me coller ^^

  12. Philippe Guihéneuf dit :

    Cher Pascal,
    Le référendum est désormais aussi demandé par les Présidents de nombreux conseils départementaux voisins. Que vas-tu leur répondre?
    Exemple avec la déclaration ce Samedi matin de la Vendée:
    http://www.alouette.fr/infos-redaction/nddl-le-president-du-conseil-departemental-de-la-vendee-demande-officiellement-un
    Sinon, j’entends dire, preuves à l’appui, que tu ne publiés pas tous les commentaires sur ce fil de discussion, surtout quand ils sont élaborés à partir d’arguments concrets reposant sur des études, rapports, etc… dont tu ne partages a priori pas les conclusions. Ferais-tu preuve d’un certain parti pris non objectif?
    Amitiés,
    Philippe G

  13. pascal dit :

    Ceci n’est pas une plate-forme de débat. C’est MON blog ! Il y a des commentaires dont je considère effectivement qu’ils n’ont aucun intérêt ou qu’ils n’apportent rien de nouveau ou que leur forme n’est pas adéquate (attaques personnelles…). C’est une part d’arbitraire que je revendique ! J’ai approuvé 135 commentaires et en ai rejeté 41 dont une immense majorité de spams. Amitiés.

  14. pascal dit :

    Rien de nouveau sous le soleil, cher Henrich…

  15. pascal dit :

    Il n’y aura pas de 2X2 voies pour desservir cet aéroport parce que cela aurait créé un effet « 2ème périphérique » favorisant l’étalement urbain que nous entendons combattre. Le transport aérien a une part très minoritaire dans la production de gaz à effet de serre et les avions nouvelles génération sont très économes en carburant comparés à leurs devanciers : un Airbus moyen courrier consomme moins qu’une Twingo par passager… Les réponses à vos autres objections sont dans le débat public…

  16. Denis dit :

    Je suis toujours étonné en lisant les arguments des opposants à NDDL qu’on ne parle jamais des nuisances que subissent des milliers d’habitants du sud-Loire. Pourquoi ne méritent ils pas un peu d’intérêt de tous les défenseurs de l’environnement ?
    Pense t’on vraiment a un aéroport pour les 50 prochaines années ? Qu’en sera t’il des nouvelles normes environnementales qui ne manqueront pas de s’appliquer aux zones naturelles ? Refuser ce projet c’est peut être condamner Nantes et sa région à se priver à moyen terme d’un aeroport digne de ce nom. Car si NDDL est abandonné pour toujours, aucun aeroport ne verra le jour dans l’ouest dans les prochaines décennies. Alors raisonnons un peu pour l’avenir de nos enfants.

  17. Henrich dit :

    Si les nouvelles générations Airbus Neo et Boeing Next seront encore plus économes en carburant, Ces appareils qui constitueront d’ici 2025 l’essentiel de la flotte moyen courrier seront également beaucoup plus performants en termes de nuisances sonores…
    Par ailleurs, j’entends bien qu’il n’y aura pas de 2×2 voies pour desservir cet aéroport, mais comment sera t il donc connecté ? Si l’accroissement de trafic se confirme, ca va en faire des voitures et ca risque de bouchonner un peu, non ?

  18. Frédérick dit :

    Les mensonges des élus est une honte qui nous rappelle qu’ils sont l’image de la médiocrité qui gravite les échelons. L’abus des mots conduit à l’abus des consciences. Je suis triste de voir les postures abjectes des responsables politiques. Cela me révolte de voir la manipulation préférée à la raison permise par l’honnêteté de débats transparents. Municipalité de Nantes bien peu inspirée et nous devrions avoir confiance ? Ce projet d’aéroport est clivant, destructeur du lien citoyen. Il pousse jusqu’au boutisme les positions les plus contestées et abouti au mensonge généralisé. Les élus sont responsables de tous ce qui arrivera et il est illusoire d’attendre un sursaut de bon sens de leur part. Le bon sens est celui du calme et du dialogue respectueux pour remettre à plat cette folie de Notre Dame des Landes.

  19. pascal dit :

    « Les élus sont responsables de ce qui arrivera ». Oui, vous avez raison même si ça ne vaut pas brevet d’irresponsabilité ou d’a-responsabilté pour les autres acteurs du débat démocratique, au premier rang desquels les citoyennes et citoyens. Et c’est justement au nom de cette responsabilité particulière qui nous conduit à devoir prendre aujourd’hui des décisions qui engagent notre territoire pour les 30 ou 50 ans qui viennent que je pense que nous devons favoriser l’arrivée du CHU du XXIème siècle sur l’Ile de Nantes, moderniser et agrandir la gare de Nantes, transférer le MIN en édifiant un pôle d’excellence agroalimentaire, construire les milliers de logements nécessaires à l’augmentation endogène de notre population et transférer l’aéroport de Nantes sur le site de Notre Dame des Landes, mieux adapté et plus performant à tout point de vue y compris écologique. Il est là, le « bon sens »…

Leave a Reply