Mon rattachement à moi…

C’est bizarre les coïncidences. Il y a quelques jours, un amendement débattu et voté par une poignée de députés noctambules, faisait grand bruit médiatique, à peu près comme on brasse de l’air tant il n’a aucune chance (et heureusement !) d’aboutir à autre chose que le déclenchement de quelques alertes Google au nom des dits parlementaires insomniaques. Presqu’au même moment, je goûtais la fierté modeste d’un rapprochement bien plus discret, mais je le crois à la fois plus pertinent et plus efficace que l’énième tentative de priver Vendéens, Angevins, Mayennais et Sarthois de leur région et de sa capitale-locomotive sans qu’ils aient leur mot à dire : celui du Crédit Municipal de Nantes et du Centre Communal d’Action Social de Rennes autour de la mise en place d’une politique de micro-crédit social et accompagné dans cette belle et grande ville.

Signature officielle à l'Hôtel de Ville de Rennes avec Jacques Stern, Nathalie Appéré et Loïc Rolland

Je laisserai aux historiens le débat sans fin sur la date de la séparation réelle ou supposée (ont-elles jamais été réunies ?) des communes ou pays qui forment aujourd’hui la Loire-Atlantique d’avec la Bretagne administrative (pour autant que ce terme recouvre le moindre sens historique ou culturel). Ce que je peux affirmer en revanche, c’est que l’histoire a doté Nantes d’une Caisse de Crédit Municipal et pas Rennes. Etablissement public local, outil financier et bancaire au service des politiques sociales de la Ville de Nantes, son unique « actionnaire », le Crédit Municipal met aujourd’hui son expérience et son expertise au service des villes qui le souhaitent. Tout le monde y gagne : le Crédit Municipal qui utilise ainsi mieux ses capacités et sa structure et les communes ou CCAS qui n’imaginent pas vraiment créer ex-nihilo une structure bancaire capable de porter une politique de micro-crédit social. Le Crédit municipal assume ainsi tout ce qui relève de la technique bancaire et les CCAS l’accompagnement social, son corollaire indispensable.
Au moment où Daniel Delaveau et Jean-Marc Ayrault affirment le rapprochement de nos deux agglomérations et leur collaboration, avec la mise en lumière de leur complémentarité, notamment dans les domaines économique et de la recherche scientifique, nous avons pensé, avec Nathalie Appéré, première adjointe au Maire de Rennes, que de donner une dimension sociale à ce rapprochement avec cette convention de micro-crédit avait un vrai sens.
C’est celui du mode de développement de notre Ouest Atlantique ou Loire-Bretagne, ou Bretagne-Loire (voir l’excellente note du blog de l’ami Christophe Clergeau…) ou Grand Ouest qu’importe ! Du moment qu’il se fonde sur la mise en réseau des villes, grandes ou moyennes qui le structurent, qu’il reste multi-polaire, et qu’il permet donc un développement équilibré et durable de tous ses territoires. Conclusion : pour agir efficacement dans l’intérêt du plus grand nombre et de la cohésion sociale, dans le respect de la diversité des territoires, il n’est besoin ni de modifier des limites administratives, ni d’exacerber la concurrence entre institutions, il suffit de partager la même vision d’un avenir qui sera commun, forcément commun… Merci Nathalie, pour ton accueil !

Tags: , , , , , , , , , , , ,

10 Responses to “Mon rattachement à moi…”

  1. Sébastien dit :

    « la séparation réelle ou supposée (ont-elles jamais été réunies ?) »

    Comme vous y allez ! Vous sous-entendez donc que Nantes et le pays Nantais n’ont jamais été en Bretagne ? Bientôt, vous nous direz que la région PdL à toujours existé ; Et que son existence est un choix démocratique ? Jusqu’où ira-t-on dans la mauvaise fois ?

    Et pour votre information, l’amendement a été voté un matin, le « noctambule » est de trop !

  2. pascal dit :

    J’avoue simplement mon ignorance : y a-t-il eu un jour une entité administrative ou politique dont faisaient partie l’actuelle région Bretagne et tout ou partie de l’actuelle Loire-Atlantique sans autre territoire voisin ? A vrai dire, je m’en fous un peu… L’essentiel est que je me sente profondément Nantais…et Breton, comme mon ami Clergeau, revendiquant ces origines, tout en affirmant que cette histoire de redécoupage ne nous permet ni de nous projeter mieux dans l’avenir ni de mieux saisir la vraie nature de Nantes, bretonne, ligérienne et vendéenne à la fois. « Mi-chair, mi-poisson » disait Julien Gracq…

  3. Jacques Stern dit :

    Bien dit et merci pour le suivi de l’action du Crédit municipal. Bonne année 2012.
    Jacques

  4. Mikael Bodlore-Penlaez dit :

    Bonjour,
    Je trouve franchement absurde cette vision de l’aménagement du territoire. La création du Grand Ouest pour quoi faire ? Renforcer l’hégémonie des métropoles sur les territoires ruraux ? Créer une région à laquelle personne ne s’identifie comme les Pays de Loire actuels ? Découper la France tel le zonage téléphonique. Arrêtons quand même les plaisanteries aussi grotesques !

    C’est quand même un comble. Les Bretons sont majoritairement, selon de nombreux sondages, favorables à la réunification, pour des raisons culturelles et historiques (et oui, pour beaucoup ça compte, la mondialisation ne nous a pas encore totalement lobotomisé). Et que trouvent de mieux à faire certains ? Proposer non pas cette solution mais un Grand Ouest qui signifie tout simplement la disparition de la Bretagne des cartes.

    C’est aussi absurde que de proposer à un Catalan de se fondre dans un Grand Nord-Est ou à un Bavarois dans un Grand Sud-Est ?

    Mikael Bodlore, auteur de l’Atlas de Bretagne.

  5. Iffig Cochevelou dit :

    Bonsoir Monsieur,
    Il est assez surprenant pour un élu de Loire Atlantique de tenir ce genre de propos, que vous refusiez la démocratie, c’est votre problème et j’aurais du mal à voter pour vous;
    Mais nier des évidences, cela est encore plus grave; de ne pas savoir que la juridiction de la Bretagne recouvre les 5 départements issu du duché de Bretagne, que ni la Révolution Française, ni le Ps , ni Madame Dati n’ont réussi a faire disparaitre . On ne fait pas disparaitre une identité vieille de 1300 ans!
    Salutations Bretonnes
    et malgré tout Bloavezh Mat

  6. Gérard Mérel dit :

    Nantes vendéenne!
    Vous avez oublié 1793…

    Julien Gracq:
    la récupération de cet immense écrivain par le clan Ayrault me gonfle.
    Le plus breton des écrivains angevins de langue française. Comparer sa prose avec celle de Châteaubriand.

  7. Jean dit :

    Bonjour, j’ai tapé « Nantes capitale » dans google.

    Sur les 10 premières pages, je ne tombe que sur des liens « Nantes capitale verte Europe » ou (dans une moindre mesure) « Nantes capitale bretonne ».

    Rien sur Nantes capitale de la région PdlL ou Nantes capitale de la Vendée, de l’Anjou ou de la Sarthe.

    Je pense que cela est tout à fait significatif et finalement peu étonnant.

    Les élus de Nantes-ville ont fait du bon boulot sur « Nantes capitale verte Europe » et ont énormément de chemin à parcourir sur « Nantes capitale de la Bretagne », qui est pourtant un enjeu essentiel pour l’avenir.
    La visibilité internationale, économique et politique de Nantes en dépend.
    A l’extérieur de Nantes, les gens situent très mal cette ville (pourtant facilement identifiable sur une carte avec l’estuaire et la péninsule bretonne), il n’y a pas 50.000 raisons à cela…le découpage régional est le responsable.

    La Bretagne est la région de France la plus connue à l’étranger avec la Provence et la Normandie. Elle dégage une image de stabilité, d’identité plutot positive, et de cohérence.
    Nantes est sa capitale historique. Priver de la Bretagne sa capitale historique (essentiel pour la crédibilité à l’international et pour le Tourisme) et de l’un de ses pôles économiques est profondément injuste et malhonnête.

    Les élus socialistes à mon sens se fourvoient complétement en suivant la vision toute personnelle de Jean-Marc Ayrault.
    Le maire de Cholet a par ailleurs lancé un débat récemment pour se rattacher à la Vendée, pas à la Loire-Atlantique ce qui montre qu’une zone de chalandise ne fait pas un lieu de vie et de Démocratie.

    En conclusion, pourquoi pas un référendum à l’échelle des habitants des deux régions administratives, mais sans verrouillage préalable du conseil régional des Pays de la loire qui semble absolument pas crédible ou qualifié sur cette question…
    Je ne suis pas du tout convaincu que les habitants du Maine, de l’Anjou ou de la Vendée soit opposé à cette recomposition.

    Ce qu’un décret a fait en 1941 puis 1956, un décret peut le défaire diront certains, il est tout de même dommageable de remettre ce genre de question à un « roi ».

  8. klujar dit :

    Monsieur ,

    Suite à l’amendement de messieurs De Rugy et Le Fur voté il y a quelques jours à l’assemblée nationale , je lis des commentaires qui me fond froid dans le do . En effet vous et certains de vos collègues nous soutenez que tout ceci est ridicule , que nous avons autre chose à penser , que la réunification de la Bretagne c’est du passée , vous voudriez nous imposer un grand ouest que personne ne veut . Il serait nécessaire que vous redescendiez sur terre et que vous écoutiez les personnes qui vous on mis là ou vous êtes . Nous bretonnes et bretons nous voulons d’une Bretagne réunifiée et forte économiquement , de nouveau ouverte sur l’Europe par le biais entre autre de sa façade maritime , notre avenir c’est un territoire connu et reconnu et pas un grand ouest sans aucune identité et encore moins une région créée de toute pièce en 1957 nommée les pdl .De plus dans votre commentaire vous faites du révisionnisme ( attention il parait que c’est puni ) en doutant de l’intégrité d’un pays  » Je laisserai aux historiens le débat sans fin sur la date de la séparation réelle ou supposée (ont-elles jamais été réunies ?) » , la Bretagne , qui je vous le rappel existait avant la France .
    Enfin sachez monsieur que ma famille depuis bien longtemps à soutenu et votée pour des candidats socialiste , vu vos commentaires et le peut de sens démocratique qui vous anime vous et vos collègues socialiste , vous n’aurez plus notre soutien ni nos voix .

  9. pascal dit :

    Fidèle à mes principes et à la ligne de ce blog, j’ai « approuvé » des commentaires que je ne partage évidemment pas. J’observe juste que, hormis celui d’un acteur majeur de la convention, pas un commentaire ne se porte sur l’action sociale dont il est question au bénéfice des Rennais en situation de précarité, en partenariat avec un Etablissement public nantais. On me permettra de le regretter.

  10. R-A Moog dit :

    Si vous n’aviez pas été aussi provoquant sur la question de la réunification de la Bretagne, peut-être aurait-on pu lire le reste de votre article (qui est pourtant fort intéressant…) et le commenter… Mais vos propos sur la Bretagne sont tout bonnement inacceptables ! Quel besoin, alors que vous évoquiez un sujet qui semble vous tenir à coeur, de venir railler le travail de M. De Rugy et de ses collègues ?
    Un rapprochement entre Rennes et Nantes ? Bien sûr ! mais dans une Bretagne réunifiée !

Leave a Reply