Vous avez dit primaires ?

Le bureau de vote des primaires à l'école du Baut le 9 octobre

J’aurais dû m’en douter ! Pas réveillé, en pleine décompression une fois le double résultat des primaires citoyennes acquis (un succès inespéré et François Hollande désigné), je ne me suis pas méfié lorsque Marc Le Duc m’a chopé à l’entrée de l’hémicycle du Conseil général : « Je peux te poser une question ? – Bien sûr ! – Et pourquoi pas des primaires aux municipales ? Joël Batteux serait pour …». Pris à froid, au piège ! Je m’en suis sorti assez péniblement, laissant juste apparaître une prudence proche de la perplexité, genre « faut y réfléchir sans s’emballer ».
J’ai réfléchi et je ne suis pas du tout emballé !
« C’est un vieux défaut des socialistes : quand ils ont une bonne idée, ils veulent la rendre obligatoire » m’a dit un jour quelqu’un que j’aime bien.
Les primaires étaient une bonne idée , les généraliser, non.

Pour une fois, FRAP se trompe !

Le premier écueil, c’est que la Présidentielle est une élection singulière. La seule qui mobilise jusqu’à 80 % du corps électoral, la seule que nos concitoyens considèrent comme déterminante, celle qui écrase toute les autres. La masse critique de près de 3 Millions de votant aux primaires socialistes est un bouleversement de notre système politique dont nous avons à peine commencé à mesurer la portée. Je la pressens considérable. Mais c’est la présidentielle et c’est au niveau national. Imagine-t-on vraiment la chose transposée à une cantonale dont j’ai pu mesurer récemment à quel point tout le monde (ou presque) s’en fout ? Les moyens financiers et logistiques, l’énergie militante déployée, la complexité et la rigueur de l’organisation seraient exactement les mêmes à l’échelle cantonale, multipliée par 59 cantons en Loire-Atlantique. Et rien que pour les socialistes ! Pas raisonnable. Pas faisable.
Nous avons déjà été stupéfaits du nombre de gens qui ignoraient tout de l’existence de nos primaires malgré un vrai battage médiatique. Qui serait atteint par une communication sur une primaire dans le 7ème canton de Nantes ? L’avantage du sortant serait considérable…aussi relative que puisse être sa notoriété !
Aux législatives ? Ce n’est pas faire insulte à nos amis d’EELV que de prédire que leur objectif d’un groupe parlementaire serait bien difficile à atteindre avec un tel système, sauf à encadrer drastiquement le droit de concourir. Est-on sûr par ailleurs que la parité y gagnerait ? La réservation de circonscriptions à des candidatures féminines que nous pratiquons au sein du P.S serait-elle compatible avec l’idée même des primaires et l’ouverture qu’elles supposent ? Cela entérinerait le triomphe définitif du scrutin uninominal, c’est-à-dire le renoncement à toute part de proportionnelle. Est-on sûr de le vouloir ?
Aux municipales ? C’est vrai que le seul élu que connaissent les Français en dehors de leur Président de la république, c’est leur Maire. Mais ce serait oublier que les municipales sont en France un scrutin de liste et qu’on élit pas un maire « intuitu personae » indépendamment de la liste qu’il conduit. Au contraire, et même si la réalité politique vécue n’est pas conforme à cela, c’est bien le Conseil municipal dans son ensemble qui est élu au suffrage universel et c’est ce conseil qui élit le-la Maire lors de sa première séance. Tous les partenaires potentiels d’une liste accepteraient-ils que la tête de liste soit désignée dans le cadre d’une primaire inter-partis ? Les primaires socialistes pour la présidentielle n’ont engagé que les socialistes et les radicaux de gauche… La légitimité forte qu’elles confèrent à François Hollande restreint certainement l’espace politique des autres candidats de gauche, elle ne leur interdit nullement de tenter leur chance…
Plus on déroule le fil, plus on se rend compte que l’idée sympathique émergeant légitimement d’un succès incontestable relève de l’emballement. Et on ne voit guère que la présidentielle pour être adaptée à ce mode de désignation : une circonscription unique, la France, des candidats « soutenus » par des partis politiques mais devant rassembler sur leur personne, bien plus largement pour espérer figurer au-delà du témoignage et le sentiment partagé que c’est de cette élection que le reste procède. C’est cette conjonction unique qui a permis et d’envisager les primaires qui viennent de se dérouler avec tant de succès. Ne gâchons pas une bonne idée !

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply