J ‘ai pas voulu voir Budapest mais j ‘ai trop vu Paris…

Si j'ai séché la convention de Transcité de Budapest, Nantes était bien représentée au 125ème anniversaire de l'Union Internationale des Transports Publics à Bruxelles. La preuve.

Il y a un an, je vous racontais mes trois jours passés à Istanbul pour la convention annuelle de Transcité, réseau d’exploitants de transports publics. Eh bien cette année, je ne vous raconterais pas Budapest, puisque j’ai séché l’édition 2010. Non que la rencontre soit sans intérêt, mais parce qu’il faut bien faire des choix ! Il se trouve qu’un vote interne au Parti Socialiste me concernant d’assez près (euphémisme…) avait lieu à ce moment et qu’il ne m’a pas paru très courtois vis à vis de mes camarades d’aller vérifier la couleur du Danube à ce moment.

Par surcroit, même si la présidence de la TAN vous pousse naturellement à être d’humeur voyageuse, le temps que je passe dans les transports ces temps-ci finit par être conséquent. Jusqu’alors, j’ai échappé aux grosses pannes de TGV qui vous font arriver de Paris avec 5 heures de retard. Cependant, les réunions parisiennes liées aux finances communales se font nombreuses. La semaine dernière, c’était la commission des finances de l’Association des Maires de Grandes Villes de France. On vient y glaner les dernières infos concernant les (contre)réformes en cours ou plus prosaïquement les données du Projet de Loi de Finances : à quelle sauce l’Etat va-t-il nous manger cette année ? Quel mauvais coup nous prépare-t-il, et sur quels points jugés stratégiques s’accorder avec  les autres associations (Maires de France, Villes moyennes, Communauté Urbaine…) pour obtenir du gouvernement les reculs nécessaires par un lobbying bien mené ? L’emblématique président de cette commission est Jean-Claude Boulard, maire du Mans. Un des meilleurs spécialistes des finances locales et un sacré personnage. Le genre à monopoliser la parole pendant deux heures et à s’enquérir gentiment de notre éventuelle lassitude de son monologue ! Les associations d’élus de ce genre, c’est à la fois très politique (les répartitions de responsabilités sont le fruit de savants dosages) et plus du tout quand les élus de tous bords sont vent debout contre les projets gouvernementaux. A ces  moments, nous sommes censés ne plus faire que de la technique financière. Je me suis fait presque gronder par Boulard quand j’ai fait remarquer à haute voix que la fameuse réforme territoriale allait, de renoncements en reports, bientôt se réduire à la seule création du Conseiller territorial. Pas l’endroit du débat politique me fait-il comprendre ! Il y a quand même des moments où il faut dire les choses, même dans les instances où des adversaires politiques (pas directs il est vrai…) se retrouvent entre gens de bonne compagnie dans les salles de réunions de l’Assemblée Nationale ou du Sénat à essayer de sauver ce qui peut l’être de leurs budgets respectifs…
La semaine d’avant, j’ai fait mes 4 heures et demie de TGV pour 1 h 30 de réunion (vivement la généralisation de la visio-conférence !) de la première assemblée générale d’une association de collectivités qui va étudier la possibilité de créer un outil de financement indépendant des banques. L’objectif est d’être présent sans leur intermédiaire sur les marchés financiers. C’est la crise de liquidité que nous avons connue fin 2008 qui a fait émerger l’idée. A cette époque, quand la Ville de Nantes consultait les banques pour se faire prêter 8 millions d’Euros, beaucoup répondaient en n’en proposant que 4 ou 5 et à des conditions pas terribles. En 2009, nos amis de la Région (avec Yannick Vaugrenard aux manettes) ont lancé un emprunt directement auprès de la population avec un vrai succès. Se passer des banquiers (au moins en partie) pour se financer, ce peut donc être une bonne affaire. Mais il y a du boulot juridique et financier à faire pour vérifier la faisabilité de tout ça, la viabilité d’un tel outil et surtout se garantir contre le risque bureaucratique inhérent à ce type d’institution : il s’agit de veiller à ce que les frais de structure et de fonctionnement ne coûtent pas à terme aussi cher que les marges des banques. Nantes (et Nantes Métropole, on n’a pas mutualisé notre Direction des Finances pour rien !) sera présente dans le Comité de pilotage.
Cette semaine, nouveau voyage à Paris dès lundi ! TGV de 6 h 30. Hop ! Hop ! Hop ! Au menu : une intervention à un séminaire de l’Association Internationale pour la Participation Publique à l’Hôtel de Ville de Paris. Le sujet : l’opération « Dialogue pour tous « qui est en cours à Nantes, les préconisations de l’atelier citoyen étant actuellement étudiées par les différentes directions de le Ville de Nantes.
Ne le répétez pas à la droite nantaise : ce que nous faisons à Nantes en matière de dialogue citoyen intéresse bigrement les spécialistes de la participation publique, praticiens et chercheurs, et nous sommes de plus en plus sollicités pour en parler. Rarement, nous dit-on, on va aussi loin dans l’ambition de co-production des politiques publiques avec les habitants. La preuve tout ce mois-ci avec les réunions plénières publiques de nos conseils de quartier. Venez-y !

Tags: , , , , , , , , , ,

Leave a Reply