Archive for juin, 2010

Un bon référencement !

mercredi, juin 30th, 2010

Y a pas à dire, le mieux pour l’audience d’un blog est encore que la presse écrite en parle ! Et pas n’importe laquelle : Ouest-France. En plus, ils ont même des compléments vidéo. Je ne pouvais pas faire moins que de vous la proposer…
Le blog qui parle du blog, c’est pas terrible. Mais bon ! Une fois en passant…

Le foot rend fou ! (III)

dimanche, juin 27th, 2010

La situation du FCN ne me laisse pas indifférent. J’ai eu la chance d’être un observateur privilégié des relations parfois compliquées entre la Ville de Nantes et son club phare. Et un acteur occasionnel. Je suis toujours fort assidu à la Beaujoire, un peu moins la dernière saison. Tout ça fait que j’en ai entendu et j’en entends des vertes et des pas mûres ! Il y a les légendes qui ont la vie dure sur le rôle de la ville dans la première vente du club à la SOCPRESSE ; la vie des Saints qui nous est racontée sur le long fleuve tranquille qu’est supposée avoir été la maison jaune avant le péché originel commis par J.L Gripond, le limogeage de Raynald Denoueix ; la sincérité de ceux qui sont tellement attachés à ce club et à l’imaginaire qu’il véhicule encore qu’ils en oublient deux ou trois réalités incontournables ; la tentation de se tourner vers un passé révolu pour (re)construire un avenir.  Naturellement, tout cela n’engage que moi ! Troisième épisode !

Waldemar KITA perplexe. On le serait à moins. (photo Presse-sports sur francefootball.fr)

On peut bien trouver tous les défauts du monde à Waldemar KITA, une chose est sûre : il est totalement sincère. Fondu de foot, c’est sûr ; ambitieux pour le FCN, c’est évident ; initialement convaincu de sa réussite, c’est certain. Depuis le temps qu’il en rêvait, il y a mis le prix mais il l’a eu, ce club. Il l’a dit récemment, il pensait que ça pouvait lui coûter 35 M€. Son savoir-faire devait faire le reste. Histoire de se faciliter l’arrivée en terre nantaise, il s’était adjoint un poisson-pilote connu du club (il en a été le D.G) et des milieux économiques locaux : Alain Florès. Bonne pioche ! Enfin… Au début ! Alain Florès pensait avoir enfin trouvé l’oiseau rare, le mécène qui le laisserait diriger le club à sa guise après avoir payé le prix d’achat et constitué une cagnotte permettant de rêver. Le tandem n’a évidemment pas fonctionné longtemps… C’est un vrai self made man, W. K., un homme qui a toujours tout réussi à la force du poignet. Sa fortune, ce n’est pas celle d’un trader ou d’un rentier mais d’un industriel, d’un homme d’entreprise qui fabrique. On ne fait pas une telle fortune en partant de rien sans quelques talents, deux trois qualités et beaucoup de travail. Dans le monde de Waldemar, quand on bosse on est récompensé, quand on paye on décide et un patron doit être obéi. Eh bien ce n’est pas si simple, à Nantes ! Il ne suffit pas de payer pour voir sa légitimité à décider reconnue dans la maison jaune. Il faut de préférence être du sérail, mais en plus être admis par les pairs du royaume du beau jeu. Le Amisse entraîneur ne l’a jamais vraiment été, semble-t-il. Comment expliquer autrement son exécution en place publique par Mickaël Landreau ? Le Doc Bryand avait réussi à tenir Gripond à distance du médical (JLG avait voulu établir des tableaux de bord comparatifs sur la fréquence des blessures musculaires et d’autres indicateurs…), il a préféré prendre la porte plutôt que de laisser s’approcher Waldemar. Laurent Guyot était adoubé par les pairs susnommés comme le continuateur de la lignée des formateurs Arribas, Suaudeau, Denoueix et Le Dizet, il a fait ses valises. En raccourci, on a d’un côté le : « Je sais, donc je décide et tu sera bien gentil de payer » ; de l’autre le : « Je paye, donc je décide et d’ailleurs je sais aussi ». Divorce inévitable. (suite…)

Le foot rend fou ! (II)

vendredi, juin 25th, 2010

La situation du FCN ne me laisse pas indifférent. J’ai eu la chance d’être un observateur privilégié des relations parfois compliquées entre la Ville de Nantes et son club phare. Et un acteur occasionnel. Je suis toujours fort assidu à la Beaujoire, un peu moins la dernière saison. Tout ça fait que j’en ai entendu et j’en entends des vertes et des pas mûres ! Il y a les légendes qui ont la vie dure sur le rôle de la ville dans la première vente du club à la SOCPRESSE ; la vie des Saints qui nous est racontée sur le long fleuve tranquille qu’est supposée avoir été la maison jaune avant le péché originel commis par J.L Gripond, le limogeage de Raynald Denoueix ; la sincérité de ceux qui sont tellement attachés à ce club et à l’imaginaire qu’il véhicule encore qu’ils en oublient deux ou trois réalités incontournables ; la tentation de se tourner vers un passé révolu pour (re)construire un avenir. Deuxième épisode !


Jean-Luc Gripond, honni à Nantes, apprécié à Paris

J’ai souvent rencontré J.L Gripond. Le contact a toujours été courtois, franc, même si l’homme reste distant. Un marseillais atypique ! Traîné dans la boue à Nantes, il a été vite reconnu pour ses compétences dans les instances du foot professionnel. Un mystère. Peut-être est-il meilleur analyste de l’évolution du foot pro et de son économie que manager. Question de personnalité. Certainement plombé au départ par les conditions même de sa nomination, rejeté comme l’aurait été quiconque arrivant dans cette maison avec mission d’en prendre le contrôle, il a peut-être surtout péché par orgueil. Il s’est mis en tête de faire accepter au club, à ses caciques comme à ses jeunes cadres, un fonctionnement qui est certes celui de toute entreprise et de tous les grands clubs de foot : le propriétaire ou son représentant ont vocation à diriger l’ensemble du club et a obtenir – a minima – un « reporting » de tous ses secteurs d’activité. Las ! Ce n’est pas comme cela que ça marchait à Nantes ! Et c’est de l’intérieur que la planche a été savonnée à un Gripond qui regretta un peu tard de n’avoir pas constitué son propre staff. Trop de maladresses de comportement, de coups de malchance (des recrutements d’abord jugés malins se transformant en autant d’échecs) et traquenards internes (l’affaire Amisse-Landreau…) plus loin, il était proprement carbonisé et le club dans le trou, alors même que la SOCPRESSE avait tenu tous ses engagements financiers. Et surtout, la donne initiale allait changer du tout au tout. La stratégie de la SOCPRESSE (un club, un journal, une télé) volait en éclat lors de la vente du groupe par appartement. Désireux d’acquérir le Figaro, Serge Dassault devenait en même temps propriétaire d’un club de foot à l’insu de son plein gré. Je n’y étais pas mais j’ai tout lieu de croire que c’est vrai : Dassault expliqua un jour à un Gripond médusé que l’école de foot de Nantes ne pouvait pas être une bonne école puisque les élèves ne payaient pas ! On mesure l’ampleur du malentendu… (suite…)

Le foot rend fou (Ibis)

jeudi, juin 24th, 2010

J’aurais du m’en douter ! FRAP a sévi sur le même thème… Comme je n’ai pas eu le temps d’écrire le deuxième volet de la saga, ça tombe très bien !

Cliquez ici pour voir le FRAPADING sur le site de Télénantes, le temps que je comprenne pourquoi je ne peux pas vous proposer la vidéo directement !

Le foot rend fou ! (I)

mardi, juin 22nd, 2010
Le duo d'entraineur du FCN

Philippe Anziani de retour à Nantes

La presse du jour est formelle et les photos sur le site du FCN en attestent, les Canaris ont repris l’entraînement hier. Pas de mutinerie en vue. Par les temps qui courent, c’est un soulagement. Il ne fait pas bon être amateur de foot, ces temps-ci. On se fait bien chambrer. Samedi matin, au Conseil de quartier, j’ai ouvert la séance avec une plaisanterie soulignant notre déprime de supporters des Bleus et j’ai pris la volée de revers méritée : « Bah ! A Nantes, on a l’habitude… ».

Eh bien je ne la prends pas cette habitude ! Je l’ai dit (cf. « qui suis-je » sur ce blog), j’aime le foot au-delà du raisonnable. Le genre à piquer la console de mon fiston pour une petite partie de FIFA 2010 au réveil. J’ai des souvenirs incroyables de Saupin où Henri Michel et Max Bossis étaient mes idoles. Et même s’il y a prescription, Alain Merchadier reste quand même pour moi le défenseur de St Etienne qui cassa la jambe d’Angel Marcos !

C’est dire que la situation du FCN ne me laisse pas indifférent. J’ai eu la chance d’être un observateur privilégié des relations parfois compliquées entre la Ville de Nantes et son club phare. Et un acteur occasionnel. Je suis toujours fort assidu à la Beaujoire, un peu moins la dernière saison. Tout ça fait que j’en ai entendu et j’en entends des vertes et des pas mûres ! Il y a les légendes qui ont la vie dure sur le rôle de la ville dans la première vente du club à la SOCPRESSE ; la vie des Saints qui nous est racontée sur le long fleuve tranquille qu’est supposée avoir été la maison jaune avant le péché originel commis par J.L Gripond, le limogeage de Raynald Denoueix ; la sincérité de ceux qui sont tellement attachés à ce club et à l’imaginaire qu’il véhicule encore qu’ils en oublient deux ou trois réalités incontournables ; la tentation de se tourner vers un passé révolu pour (re)construire un avenir.

J’ai retrouvé cette vidéo datant de 2007 ou Denoueix est à fleur de peau et où il cite Suaudeau : le vers était dans le fruit depuis 10 ans…

(suite…)

J ‘ suis passé à la télé !

samedi, juin 12th, 2010

…Oh rassurez-vous ! Ni sur TF1, ni sur Télénantes ou Nantes 7. Mais sur TV8 Mont Blanc. C’était à Grenoble lors des rencontres de la démocratie locale. L’angle du sujet est un peu trop limité à la problématique « quartiers » à mon goût, mais c’est aussi le reflet des débats.

Même plus le temps d’ écrire…

samedi, juin 5th, 2010

Voilà ce que c’est… On bosse, on saute de colloque en printemps des voisins, de réunion de cadrage budgétaire en inaugurations, de congrès de radios libres en anniversaires de jumelages et on n’a plus le temps d’écrire sur son blog ! Je collectionne les photos pour illustrer des billets et je n’écris pas les billets. « Ben alors, et ton blog ? » C’est que je me ferais presque engueuler quand le rythme des publications baisse ! D’un côté c’est flatteur, mais j’essaie de ne pas oublier que je suis un élu local et responsable politique qui tient accessoirement un blog pas un blogueur qui fait de la politique et assume ses mandats entre deux posts. Alors, plutôt que de produire les 3 ou 4 articles que je mijote sans jamais arriver à les écrire, je tente le coup du diaporama avec légendes. Évidemment, ça fait un peu « ma binette partout » mais ça donne une idée de la formidable variété de mon activité, je ne le dis pas pour me vanter mais parce que j’ai beaucoup de chance ! C’est aussi l’occasion de glisser quelques photos insolites ou dessins de FRAP. Pour lire les légendes, il faut cliquer en bas à gauche sur la petite bulle de B.D qui apparaît quand vous promenez votre souris sur l’écran. Bon visionnage !