Archive for janvier, 2010

La médaille à Laurence

dimanche, janvier 31st, 2010

Je ne sais pas si vous connaissez Laurence Aubron, mais moi, oui. Ça va même finir par faire un bail…

Trio de classe dans la salle Bellamy... Photo P.M.

C’est une teigneuse, la Laurence. Quand elle a une idée en tête, elle est du genre têtue. Pour la faire avancer, elle remue ciel et terre, et le reste si ça ne suffit pas. Le genre emmerdeuse quoi, pour être aussi franc qu’affectueux ! J’ai le souvenir assez précis d’une discussion avec Chantal Boutry, journaliste à Ouest-France. Chantal était venue faire un petit reportage sur le M.I.N (Marché d’Intérêt National), aux temps où j’étais PDG de la SEM qui gère l’endroit, situation suffisamment étrange et récente pour l’intriguer ! J’aime bien travailler avec Chantal. C’est souvent elle que je retrouve les matins froids de dépôt de gerbes. Ça crée des liens. Et puis en lisant Ouest-France, je ne peux pas deviner ce qu’elle pense de la Bretagne ou de l’aéroport, ni si elle est de droite ou de gauche d’ailleurs. Ça repose… Mais je m’égare ! Nous étions donc dans les couloirs de la SEMMINN et je la raccompagnais fort civilement quand elle me demande si elle peut me parler d’un truc. Mais comment donc… Elle commence : « Tu connais Laurence Aubron ? » Un peu, oui, que je la connais ! « Elle a un projet super en lien avec l’Europe, continue Chantal, mais j’ai bien peur qu’il ne puisse jamais se réaliser. Trop compliqué, trop cher… ». (suite…)

Joyeux anniversaires…

dimanche, janvier 31st, 2010

JMA a eu 60 ans cette semaine. On lui a fêté ça dignement. FRAP aussi… Et comme cela ne lui suffisait pas, il a aussi fêté les 25 ans du tram’. Forcément, ça a été ma fête !

Voeux à la SEMITAN

lundi, janvier 25th, 2010

Une belle et bonne tradition veut qu’un matin de Janvier, le Comité de direction et le Président de la SEMITAN accueillent les conducteurs (et les autres) et leur présentent leurs voeux au moment de leur prise de service (très) matinale avec café et croissants. Ensuite, nous faisons une petite tournée des sites de l’entreprise, finissant généralement par la sûreté (avec jus de fruit et macarons). Au milieu de cette journée a lieu la cérémonie officielle, à laquelle Jean-Marc AYRAULT nous fait généralement l’honneur de participer. Couplée avec l’inauguration du dépôt de St Herblain l’an dernier, cette cérémonie a eu lieu cette année le 18 janvier dans une tente de réception monté à Dalby (dénomination usuelle du siège, rue Bellier, pour tous les Sémitanien(ne)s). L’affluence était nombreuse. Pour celles et ceux que cela intéresserait j’ai monté des extraits de mon  intervention en trois courtes vidéos.

Marions les, marions les…

samedi, janvier 23rd, 2010

Parmi les activités qui jalonnent la vie d’élu municipal, il y a la célébration des mariages et des parrainages civils, parfois improprement appelé baptêmes républicains.

Les membres du conseil municipal se relayent ainsi chaque samedi pour recueillir et valider le consentement des futurs époux. La semaine c’est généralement ma collègue Anne LEFEVRE qui unit ceux qui ont choisi un jour ouvrable pour se devoir officiellement fidélité, secours et assistance.

Le week-end, on est de permanence. Les mariages ont une saisonnalité comparable à celle des fraises et des abricots. L’élu de permanence un week-end de fin novembre n’en aura qu’un ou deux, quand celui officiant en juin pourra enchaîner plus de 20 mariages à la suite. C’est compliqué parce que la lassitude peut vite venir. C’est un peu stakhanoviste. Et pourtant, cette courte cérémonie est unique pour les époux et leurs invités. Elle doit faire date dans leur histoire personnelle. Il faut être à la hauteur pour chacun. Ce n’est donc pas si simple de répondre à une demande légitime de singularité pour un exercice qui se répète tous les 1/4 d’heures. L’avantage, c’est que le petit mot sympa et chaleureux que vous avez trouvé pourra être répété à chaque mariage avec sincérité sans que personne ne s’offusque : pour être publique, la cérémonie n’attire que rarement ceux qui y viendraient comme en repérage ! Et encore faudrait-il qu’ils tombent sur l’élu qui leur sera dévolu qui est statistiquement improbable.

A Nantes, on respecte la tradition d’un cérémonial permettant une nette distinction entre un mariage et la commande d’un passeport. Un élu d’une autre grande ville, assistant à un mariage que je célébrais, m’avait chaudement félicité pour le caractère assez solennel de la cérémonie et l’apparat qui l’accompagne. Les huissiers revêtent leur habit à chaine et les salles de mariage n’ont rien d’un gymnase, d’un hall de gare ou d’une salle de réunion.

Photo de Patrick Garçon.

J’aime assez célébrer les mariages. Les articles du code civil à lire sont toujours les mêmes mais les auditeurs très variés. Dans le même après-midi, on peut avoir des mariages très huppés, avec dames chapeautées, mariée en robe blanche et 200 personnes derrière et un couple en jeans venant se marier sans cérémonie avec ses deux témoins, comme un truc à faire entre les courses et l’apéro. J’aime être confronté d’un quart d’heure à l’autre à la diversité des cultures et des traditions liées au mariage, auxquelles le cérémonial républicain s’adapte somme toute très bien, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.

Ce jour-là, je n’étais pas de permanence mais Patrick, un collaborateur du Maire et donc ancien collègue, « mariait sa fille ». Jean-Marc n’ayant pas pu se rendre disponible, il m’avait demandé de célébrer le mariage et le parrainage républicain de la petite fille du couple. On a fait les deux dans la foulée. Un autre Patrick, qui n’est autre que celui qui avait fait les photos de ma campagne cantonale, assurait l’immortalisation de l’évènement.

Merci à eux de m’avoir autoriser à publier cette photo, histoire de vous faire partager l’ambiance !

Les voeux du Maire à Nantes Nord

dimanche, janvier 17th, 2010

Bras croisés, ça amincit ! Photo P.M.

Une cérémonie de vœux du Maire dans les quartiers, c’est un moment très attendu. Cette année, la salle festive est plus que bien garnie à Nantes Nord, samedi en fin d’après midi. C’est la programmation idéale. JMA a fait deux cérémonies de vœux depuis le matin et animé une réunion consacrée à Haïti entre temps. Et comme à chaque fois il ne s’économise pas, il est un peu fatigué. Il me le dira en descendant de scène, les mots ne sont pas venus comme il voulait. Lui le sait, moi j’ai bien repéré un ou deux petits lapsus ou hésitations ou formule bancale (ça fait 10 ans que je le surveille !) mais franchement, personne d’autre ne s’en est aperçu ! Ce que les gens ont retenu, c’est la pêche du discours. J’ai souvent vu Jean-Marc  arriver l’air franchement crevé, et retrouver instantanément le second souffle qui le fera paraître en pleine forme à ses auditeurs. Magie de l’adrénaline ! Et il a toujours cette capacité à relier en une phrase le quotidien des gens et le sens politique de l’action municipale. Remettre les choses en perspective, expliquer avec pédagogie un cap fédérateur et mobilisateur, c’est vraiment son truc. J’ai remarqué souvent que plus on est solide sur ses fondamentaux et sur son projet et mieux on sait les rendre intelligibles, plus on peut s’autoriser de pragmatisme dans l’action. Pas besoin de faire de l’esbroufe ou de la surenchère pour prouver qu’on est de gauche quand ça se voit depuis 20 ans ! Pas besoin de faire des concessions aux petits sectarismes quand la force née de la cohérence du propos et de l’action suscite autant d’approbation globale.

Mais je m’égare !

Le rôle de l’adjoint de quartier dans ces cérémonies, c’est de faire de la fi-gu-ra-tion ! Tapisserie ! Sauf à Doulon et Chantenay (anciennes communes rattachées), seul le maire parle. Le tout est donc d’éviter d’avoir l’air idiot, autant que faire se peut, debout, un peu en retrait. Se tenir assez droit tout le long du discours, essayer de rentrer sa bedaine pour pas faire trop honte à ses proches présents, se décider entre croiser les bras, mettre les mains derrière le dos ou jointe devant, se dandiner un minimum d’une jambe sur l’autre, subir stoïquement fourmis, crampe ou démangeaisons qui arrivent toujours à ce moment. Encaisser un compliment public sans rougir, affectant un air détaché mais pas trop, ne pas faire la gueule si le compliment ne vient pas ou paraît un peu chiche, ne pas trop rigoler en cas de gros lapsus et ne manifester aucun signe d’abattement visible en cas de gaffe ou assimilé. (suite…)

La Folle Journée Chopin en BD à Nantes Nord

dimanche, janvier 17th, 2010

Alice trouve que ses photos ne sont pas terribles....

Nantes Nord et la Folle Journée, c’est déjà une vieille histoire. Il y a quelques années, Claire Désert était venue jouer la Sonate « Tempête » du bon Ludwig van Beethoven à la Salle Santos Dumont. Chez Olga, quoi ! Il y avait là les clients habituels du restaurant social du Comité d’Action de la Petite Sensive dont beaucoup entendaient et voyaient jouer de la musique classique pour la première fois devant eux, en direct. Claire Désert avait merveilleusement joué le rôle de « passeuse », expliquant aussi bien la sonate qu’elle l’interprétait avec virtuosité. Certains en avaient été troublés jusqu’au malaise. Télénantes avait fait une captation de ce moment étonnant et Télérama un article sympa.

Cette fois-ci, c’est le BIEF, structure d’insertion sociale qui anime des ateliers d’écriture dans le quartier,

Extrait d'une planche

...elle n'a pas vu mes vidéos !

qui est à l’origine d’une rencontre entre la Folle Journée, les participants à ces ateliers et, sur l’idée d’un d’entre eux, des auteurs nantais de BD. La Folle Journée Chopin a donc commencé en BD à la médiathèque Luce Courville, vendredi après midi, pour l’inauguration de l’expo et le dévoilement de la dernière planche produite. Evènement très sympa partagé avec le Maire qui n’aime rien tant que voir la Folle Journée aller dans les quartiers, à la rencontre d’un public nouveau, et BD très réussies, signées Brüno, Cécily et Olivier Texier. Dans la même veine que l’Art en partage, il s’agit de convaincre que l’art et la culture, c’est pour tout le monde, surtout au niveau de l’excellence internationale.

Débat d’ Europa sur la décroissance : je ne voulais pas déranger…

jeudi, janvier 14th, 2010

Depuis que je suis tombé dans la marmite du Web 2.0, j’ai plein d’amis sur Facebook. Dont l’excellent journal Europa, un des fleurons de ce que j’aime bien appeler notre tiers secteur médiatique nantais. J’ai donc répondu à l’invitation de mon ami Europa à participer à un café débat sur le thème de la décroissance. C’était mercredi soir à l’Hurluberlu.
Mon costard bleu marine et ma cravate assortie ne sont pas passés inaperçus mais la surprise de voir un élu socialo dans l’endroit s’est manifestée de manière fort hospitalière et pour tout dire amicale. L’animateur lance le débat en le cadrant de manière un peu alambiquée. En substance : savoir comment on pouvait rendre compatible certaines caractéristiques de la mouvance décroissante nantaise dans ses diverses composantes et la démarche d’Europe Ecologie et des Verts dans la perspective des élections régionales. « Si j’aurais su, j’aurais pas venu » me dis-je in petto. Eh bien j’aurais eu tort. J’ai passé une soirée fort intéressante.
Un responsable des Verts, Gwendal Revault, était venu expliquer ce qui était ou non compatible avec le programme pas encore adopté d’Europe Ecologie dans les plates-formes pour la décroissance. Le temps d’émettre des doutes sur l’opportunité de créer une monnaie locale à la place de l’Euro, il s’est précipité pour jurer que les Verts étaient contre Notre Dame des Landes en rappelant (c’était sûrement nécessaire à la lutte contre le réchauffement climatique) que c’était sous le gouvernement Jospin que le funeste projet avait été relancé. L’animateur, Pierre-Alexandre ne pouvait pas laisser passer l’occas’ : alors que j’avais fait vœu de discrétion (pas de silence, faut pas exagérer !) il me somme d’expliquer illico pourquoi nous nous entêtions à souhaiter cet aéroport ! « on a un élu parmi nous, profitons-en… ». Je ne pouvais pas me défiler… (suite…)

Mes voeux aux habitants de Nantes Nord

lundi, janvier 11th, 2010

Et pourquoi, je vous le demande, un cantonnier de base n’utiliserait pas la vidéo pour présenter ses vœux à la population de son canton ? En fait, il y avait plein de bonnes raisons de ne pas tenter l’expérience. C’était suffisant pour que je prenne le risque ! J’ai donc décidé d’être sérieux quelques minutes pour cette vidéo de début d’année. Vœux entièrement filmés et montés à la main, avec des images de la quiétude de Nantes Nord un dimanche après midi d’hiver.

Bonne année à tous !


Voeux aux habitants de Nantes Nord
envoyé par pascalbolo. – Regardez les dernières vidéos d’actu.