Archive for décembre, 2009

Arnaud Théval en partage à Nantes Nord

dimanche, décembre 20th, 2009
P1020565

J'accompagnais Louisette Guibert, collègue chargée de l'Art en partage. Arnaud a tenu à nous faire poser sur les vélos et C.P. a gentiment pris mon appareil

Arnaud Théval est un artiste, photographe, reconnu nationalement et internationalement. Le projet qu’il a imaginé conduire à Nantes Nord a été retenu dans le cadre de l’opération l’Art en partage. L’Art en partage, ça consiste à « immerger » des artistes de haut niveau dans des quartiers qui n’ont pas l’habitude de voir leurs œuvres ni de les recevoir. Il s’agit de mettre en pratique le volonté de ne pas réserver l’art et les artistes au centre ville, ou à une catégorie de population, la plus favorisée.

Arnaud connaît déjà Nantes Nord et ça l’aide bien pour son projet baptisé « Invisibles« .  Il a pris contact avec des dizaines d’habitants de tout le quartier, des jeunes et des moins jeunes. Il a noué le contact, établi la relation de confiance qui lui a permis de photographier plus de 200 personnes, dans un geste qui leur est propre. Il a ensuite travaillé à leur « construire » un masque, mystérieux, énigmatique, pour produire des avatars qui commencent à être visibles, dans différents lieux.

Vendredi soir, nous avons procédé au traditionnel vernissage de deux œuvres installées dans la salle de

Un avatar du photographe devant un avatar du photographe... Je me fais bien comprendre ?

Un avatar du photographe devant un avatar du photographe... Je me fais bien comprendre ?

musculation de l’Association Culturelle Musulmane  Nantes Nord. Avec les jeunes photographiés qui rompaient très momentanément l’anonymat que protège leur avatar.

Oui, oui ! Vous avez bien lu ! De l’art contemporain, à Nantes Nord, à la Géraudière, dans une salle de musculation de l’association culturelle musulmane. Et toute l’humanité d’Arnaud en prime.

L’identité nationale ? Ne cherchez plus !

Comment vont les fourmis ? sur JET FM

vendredi, décembre 18th, 2009
Ambiance Noël au Café du gaz avec Pascal Massiot aux commandes de l'émission

Ambiance Noël au Café du gaz avec Pascal Massiot aux commandes de l'émission. Photo Loïc qui passait par là.

Ce midi, je faisais partie des invités de « Comment vont les fourmis ?« , l’émission mensuelle consacrée à l’économie sociale et solidaire par JET FM en direct du Café du gaz. Je l’ai dit dès le début de mon interview, je suis super fier de causer sur JET parce que j’ai été un peu pour quelque chose, dans une vie antérieure,  dans l’essor de cette radio née dans le quartier de la Bernardière à St HERBLAIN. Quand je vois le nombre de ceux qui sont passés par JET qui animent aujourd’hui ces médias associatifs nantais ou ces entreprises de production ou de communication qui sont si importants pour Nantes , je me dis que j’ai eu rudement raison ! Au menu de cette émission qui sera rediffusée lundi midi et qu’on pourra podcaster bientôt, l’Autre marché de Noël qui se tient square Jean-Baptiste DAVIAIS.

Faut y aller !

Combien ça fait 3 fois 18 ?

dimanche, décembre 13th, 2009

P1020535Grand moment de solitude lors de la soirée d’accueil des nouveaux Conseillers de quartier par le Maire himself. J’ai décidé de parler sans note, juste avec le Power Point comme support. Jusqu’ici, j’ai bien bafouillé une ou deux fois en cherchant un p… de mot qui ne venait pas, mais ça roule. Je suis un poil trop long par rapport au conducteur mais apparemment, l’auditoire n’en a pas trop marre encore. Je suis hyper concentré, nez dans le guidon, tendu comme une arbalète (ou comme un string variante moderne apprise d’une copine). Il y a 500 personnes devant moi qui attendent de bien comprendre dans quoi elles se sont embarquées et c’est moi qui doit expliquer. En plus, Il y a le grand chef qui me regarde sur le côté pour être sûr qu’il a bien compris dans quoi je l’embarque lui aussi. Et puis mes collègues adjoints de quartier et les chargés de quartier qui ont un peu le vertige en songeant au boulot que notre belle invention va leur donner. Mais, bon, ça ne se passe pas mal. Et puis voilà que je me lance à l’improviste, par la faute à une association d’idée, dans une digression d’explication de la raison qui fait que les conseils de quartier n’ont pas tous le même nombre de membre. C’est simple, je dis, il ya trois collèges équivalents et un nombre de conseillers de quartier différent selon la population du quartier. Dans les moins peuplés trois collèges de 12 font 36 conseillers. D’autres font 3 fois 15, soit 45. D’autres, au nombre d’habitants les plus importants, 3 fois 18 soit…. Le blanc. Le trou. Combien ça fait 3 fois 18 ? Je ne sais plus.

P1020538

Pourquoi j’ai l’impression que le sol se dérobe sous mes pieds ? C’est quoi ce frisson glacé ? Je bafouille, m’excuse… Cherche du secours… Au premier rang, on tente de me souffler. J’entends mal… Je lâche : « 64 ». Poilade générale et méritée. Je reconnecte enfin. 54, oui, c’est bien 54 que font 3 fois 18 ! Je fais bonne figure en rigolant aussi (je vais pas m’effondrer en sanglots, hein ?). Je me tourne machinalement vers le Maire pour voir si du soutien, du réconfort, de la compassion ou de la solidarité sont disponibles de ce côté-là. Hilare, il a déjà empoigné son micro : « …et je vous rappelle que je lui ai confié les finances de la ville… ».
Merci Patron !
Tout le monde semble d’accord : c’était une très bonne soirée !
Y a plus qu’à…

Arthur, où t’as mis le corps ?

samedi, décembre 12th, 2009

Boris Vian chanté par Reggiani édité par Jacques Canetti il y a un bail ! Pur bonheur ! Dégustez…

Découvrez la playlist Pour Blog avec Serge Reggiani

Que dire de plus ?

vendredi, décembre 11th, 2009

Vote des militants de Nantes Nord le 3 décembre

dimanche, décembre 6th, 2009
Le dépouillement, ça rigole pas !

Le dépouillement, ça rigole pas !

On dira ce qu’on voudra mais le P.S est quand même le seul grand parti où les militants décident par leur vote. Oui, il y a de endroits où ça se passe encore de manière un peu particulière… Des traditions locales dont il est difficile de se défaire… Par chez nous, l’habitude, c’est de faire les choses proprement, dans les règles. Pour l’adoption de la liste des socialistes pour les Régionales, le 3 décembre, la participation n’était pas énorme. Mais comme il n’y avait pas de contestation majeure de la liste proposée, en tous cas pas d’alternative construite au produit du travail collectif, ce n’était pas mal. La liste menée en Loire-Atlantique par Monique RABIN est bien née et bien adoptée !

Non à l ‘ouverture des magasins le dimanche !

dimanche, décembre 6th, 2009

Il y a un bon paquet de manifestant devant l’IKEA d’Atlantis. Avec un succès incontestable. la direction d’IKEA a été obligée de refermer ses grilles. J’y ai rencontré plein de syndicalistes en plus des collègues élus herblinois, nantais, de mon Président Ptarick Mareschal. Ceux de la SEMITAN m’ont rappelé qu’ils travaillent bien assez le dimanche à leur goût comme ça. Ils op,t raison de se méfier : généraliser l’ouverture de galeries genre ATLANTIS le dimanche va immanquablement générer des demandes de transports en commun supplémentaires. Et comme cela coûte cher, plus cher que ce que paye les clients, surtout le dimanche, c’est le contribuable qui devra assurer l’équilibre. Le « droit » de travailler ou d’aller faire ses courses le dimanche qu’invoquait certains clients risque de concourir à l’augmentation des impôts…que les mêmes seront les premiers à dénoncer ! Quand on tire tous les fils de cette affaire jusqu’au bout, en dépassant la vision du bout de son nez, on abouti à des inconvénient et rien qu’à des inconvénients. Bénéfice zéro ! Conclusion : il faut tenir bon ! Quelques images prises sur le vif, ce matin. Photos……et vidéo.


Petite video de la manif' contre l'ouverture d'IKEA.
envoyé par pascalbolo. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

Depuis, le magasin a réouvert mais le combat continue ! Il y a trop d’enjeu pour les laisser faire sans réagir. Je rappelle qu’à NANTES, le MEDEF refuse toujours de négocier sur le sujet. Sans accord entre les partenaires sociaux, une seule possibilité : dire non.
______________________________

A la Caisse des Dépôts…

samedi, décembre 5th, 2009

TRANSDEV, opérateur de transports publics filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations est actionnaire de la SEMITAN (et de MARGUERITE, qui a lancé l’auto-partage à Nantes) et animateur du réseau TRANSCITE. Sans que ni nous, les Nantais, ni les autres villes adhérentes (Grenoble, Strasbourg, Montpellier,…) n’aient rien demandé, la Caisse des Dépôts a souhaité engager une fusion de TRANSDEV avec un autre opérateur. Toutes les raisons invoquées ne sont pas mauvaises, on va le dire comme ça. Après quelques consultations, c’est avec VEOLIA Transports que l’opération s’est engagée pour créer une nouvelle entité. Franchement, les élus membres du réseau ne sont pas enthousiastes à cette perspective et attendent de voir pour croire complètement aux paroles apaisantes qui nous sont prodiguées. Pour ce qui concerne NANTES, autant ça a du sens au regard de l’histoire de notre réseau d’avoir TRANSDEV comme actionnaire, autant VEOLIA… C’est ce que nous sommes récemment allé dire assez directement à Michel BOUVARD Président du Conseil de Surveillance de la Caisse des Dépôts. Cela se passait dans l’immeuble de la Caisse des Dépôts à Paris. Un très bel immeuble, il faut le dire. J’ai fait quelques photos pour que vous en ayez un aperçu.

_____________________________________

La gare, le maire et l ‘aéroport

mardi, décembre 1st, 2009

Inspecteur des Impôts, militant socialiste et Breton, je peux dire que des conneries, j’en ai entendues (cliquez ici pour l’original). Mais celle attribuant à une tendance mégalomaniaque la volonté de JMA que Nantes se développe ou son approbation du transfert de son aéroport (celui de Nantes, pas le sien !) à Notre Dame des Landes, c’est une synthèse (cliquez aussi) ! D’accord, il a tous les défauts du monde – un peu soupe au lait parfois ? – mais pas celui-là et je le connais. Mais il n’y a pas besoin d’être mégalo pour constater qu’une ville et les territoires qui l’entourent, c’est un peu comme un vélo : ça avance ou ça tombe.

Déjà lors du recensement de 1999, quand Nantes avait eu le ruban rouge de la progression démographique des grandes villes, des voix s’étaient élevées sur le thème : « on est bien assez gros, on n’a pas besoin de plus, restons entre nous ». Déjà, il avait fallu tordre le cou à des idées reçues : les cadres parisiens arrivant faisaient monter les prix des logements, les moins aisés saturaient le parc social et ils contribuaient tous à la saturation de la circulation. On s’est ensuite aperçu que la hausse des prix de l’immobilier était un phénomène mondial, Nantes n’ayant du qu’à son endormissement antérieur d’y avoir été moins sensible, et que cette hausse trouvait une partie de son origine dans des pratiques bancaires qui nous ont ensuite envoyés dans le mur. On s’est également avisé que l’insuffisance de production d’HLM se révélait surtout au regard de phénomènes de décohabitation massive, le nombre de logements nécessaires pour une même population ayant augmenté au-delà de toutes les prévisions. On s’est enfin convaincu que l’augmentation du nombre de voiture par foyer doublé d’un étalement urbain non maîtrisé était bien plus sûrement source de bouchons que la croissance démographique à l’intérieur du périph’ nantais.

On a également pu démontrer que plus d’habitants, c’est plus d’emplois, plus de formations disponibles localement, plus de services à la population et de solidarité mieux financés (des services publics, quoi !). On a prouvé que ce développement était facteur d’une plus grande solidité économique et de cohésion sociale. L’économiste Laurent DAVEZIES nous a notamment montré en quoi le fait de conserver des emplois industriels nombreux était une caractéristique essentielle pour l’équilibre et la durabilité de notre croissance, et, au final, pour notre qualité de vie.

Enfin, on a été regarder si les villes et les territoires qui perdaient des habitants (ou n’en gagnaient plus), dont les prix de l’immobilier baissaient ou stagnaient, dont les bailleurs sociaux cherchaient des locataires pour occuper leur parc et qui ne connaissaient pas d’embouteillages étaient heureux de leur sort. Nous avons trouvé des territoires vieillissants, déprimés, fuis par leurs jeunes et en incontestable déclin économique, social et culturel.

La pédagogie est l’art de la répétition, paraît-il. On n’a pas du assez répéter. (suite…)